Perquisition à la mosquée de Villiers-sur-Marne: la police découvre une école coranique non déclarée

Perquisition à la mosquée de Villiers-sur-Marne: la police découvre une école coranique non déclarée

Publié le :

Mercredi 31 Août 2016 - 15:59

Mise à jour :

Mercredi 31 Août 2016 - 16:09
©Mic/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les forces de l'ordre ont découvert une école coranique déjà "connue" lors d'une perquisition à la mosquée Al-Islah de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) ce mercredi matin. L'opération a eu lieu dans le cadre d'une enquête sur une filière de recrutement de candidats au djihad, selon France 3 Paris Ile-de-France.

La police a découvert une école coranique non déclarée lors d'une perquisition à la mosquée Al-Islah de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) ce mercredi 31 au matin, révèle Le Parisien.

L'opération a commencé dès 7h30, a expliqué la mairie de la commune à France 3 Paris Ile-de-France "avec d'importants moyens de la police nationale déployés sur place, dont une quarantaine de fonctionnaires de police". Elle s'est déroulée dans le calme en présence des responsables de l'établissement, a précisé Jean-Michel Carigi, directeur de cabinet du maire de Villiers-sur-Marne, au média. A l'issue de la perquisition, plusieurs personnes en situation irrégulière ont été interpellées.

Les forces de l'ordre cherchaient à prouver l'existence d'une école coranique déjà "connue" dans le cadre d'une enquête sur une filière de recrutement de candidats au djihad, informe France 3, reprenant les informations d'une source policière. De son côté, la préfecture du Val-de-Marne indique que la perquisition a eu lieu car la police soupçonnait une affaire de travail non dissimulée à la mosquée, l'école coranique n'ayant pas été déclarée.

La mosquée Al-Islah de Villiers-sur-Marne est sous surveillance depuis quelques temps déjà. En effet, le lieu a été évoqué en avril lors du procès de la filière djihadiste de Champigny-sur-Marne à l'issue duquel le tribunal correctionnel de Paris a condamné douze personnes. Plusieurs de ces jeunes s'étaient radicalisés en fréquentant Mustapha Mraoui, imam autoproclamé de l'établissement soupçonné d'avoir rejoint les rangs de Daech. Fin juillet, la police a perquisitionné le domicile d'un homme de 41 ans, fiché S, régulier du lieu, relève par ailleurs Le Figaro.

 

L'opération a mobilisé une quarantaine de fonctionnaires de police.


Commentaires

-