Poitiers: un petit garçon violemment roué de coups, la mère et son compagnon emprisonnés

Justice

Poitiers: un petit garçon violemment roué de coups, la mère et son compagnon emprisonnés

Publié le :

Jeudi 13 Juillet 2017 - 16:51

Mise à jour :

Jeudi 13 Juillet 2017 - 19:37
Une mère de famille de 26 ans a été maintenue en détention mercredi par la chambre d'instruction de la cour d'appel de Poitiers après un signalement de maltraitance datant du 22 juin. Ce jour-là, l'école de leur petit garçon de 4 ans avait alerté les autorités après avoir découvert de nombreuses traces de coups, empêchant même l'enfant de marcher. Le compagnon l'aurait également frappé.
© Philippe Huguen / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les coups étaient si violents qu'ils empêchaient la victime de marcher et qu'un rein a été atteint. Le calvaire d'un petit garçon de quatre ans, et de sa sœur de sept ans, maltraités par leur mère de 26 ans, originaire de Guyane, et le compagnon de cette dernière, a pris fin mercredi 12.

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Poitiers, ville où se sont déroulés les faits, a confirmé le maintien en détention de la mère selon la Nouvelle République. Et devait faire de même pour l'homme, dont ni l'âge ni l'identité n'ont été révélés.

Le 22 juin dernier, l'école de l'enfant de quatre ans a alerté les autorités et les secours en le voyant dans l'impossibilité de marcher et en remarquant aussi des traces de coups au niveau du visage. Hospitalisé en urgence, le petit garçon a subi plusieurs examens et les médecins ont découvert de sang dans ses urines. Un coup au niveau d'un rein ayant provoqué une hémorragie.

La petite victime a tout de suite désigné sa mère et le nouveau compagnon de cette dernière comme auteurs des coups. La police les a immédiatement interpellés, et ils sont depuis emprisonnés. La sœur du petit garçon, âgée de sept ans, a aussi confié avoir déjà été battue.

La jeune femme de 26 ans a avoué après son arrestation avoir donné quelques fessées avec un cintre. Assurant aussi le fait d'avoir été la seule à frapper son fils, niant les coups portés à sa fille. Les deux ont depuis été placés en famille d'accueil, comme le bébé que le couple a eu. Couple qui a donc demandé sa remise en liberté, que la justice a refusé.

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Poitiers, ville où se sont déroulés les faits, a confirmé le maintien en détention de la mère selon "la Nouvelle République".

Commentaires

-