Pour payer moins cher son assurance auto, il change de sexe

Combine

Pour payer moins cher son assurance auto, il change de sexe

Publié le :

Mardi 31 Juillet 2018 - 10:52

Mise à jour :

Mardi 31 Juillet 2018 - 10:59
La presse canadienne rapporte le cas d'un jeune homme qui a pris une mesure radicale pour économiser quelques centaines d'euros sur l'assurance auto de sa nouvelle voiture. Il est devenu, administrativement, une femme et a obtenu la ristourne désirée.
©Johannes Eisele/Archives/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Pour négocier à la baisse son assurance auto, il n'a pas hésité à prendre une mesure radicale. La presse canadienne rapporte le cas d'un jeune homme qui n'a pas hésité à changer de sexe (au moins sur l'état-civil) pour profiter des tarifs offerts aux conductrices.

L'histoire se déroule dans la province de l'Alberta, dans l'ouest du pays et a été rapportée le 20 juillet (bien qu'étant antérieure). Le jeune homme, David, décrit comme ayant ayant 23 ans, souhaite acquérir une Chevrolet Cruze. Mais David a déjà eu quelques accrochages dans le passé, et l'assurance auto pour son nouveau véhicule s'élevait à 4.500 dollars canadiens par an, soit 2.950 euros environ.

David a alors demandé le coût de son assurance s'il avait été une femme, ces dernières bénéficiant de meilleurs tarifs quand elles sont âgées de moins de 25 ans, du fait d'un nombre de sinistres statistiquement moindre. Et la différence était coquette: l'assurance tombait à 3.400 dollars (2.230 euros environ) soit un gain d'approximativement 720 euros.

Lire aussi: La photo de Macron avec un tatouage LGBT est un faux

David a donc décidé de profiter de la législation relativement favorable en Alberta sur le genre pour obtenir une belle ristourne. Il a obtenu un certificat médical confirmant qu'il s'identifiait comme une femme –le changement "physique" de sexe n'est pas une obligation pour le changement administratif– et a pu faire modifier son permis de conduire et son certificat de naissance. Et obtenir la ristourne qui va avec…

La "combine" de David pourrait d'ailleurs faire école car l'Alberta vient tout juste d'assouplir sa réglementation puisque une simple déclaration, sans certficiat médical, suffit maintenant pour se définir M (homme), F (femme) ou X (non-binaire). Pas sûr d'ailleurs ques les assureurs ait défini une politique tarifaire très précise pour "X".

Interrogé par les médias locaux, David a tenu à assurer qu'il ne l'a fait que "pour avoir une assurance auto moins chère" et "qu'il ne l'a pas fait pour critiquer ou ridiculiser les droits des transgenres ou des LGBT".

Depuis 2012, l'Union européenne interdit les discriminations tarifaires chez les assureurs basées sur le genre.

Voir aussi:

Indonésie: les abus anti-LGBT entraînent une hausse des cas de VIH 

La haine anti-LGBT, plus virulente en Outre-mer que dans l'Hexagone, selon un rapport

L'Alberta a une législation très relâchée sur la question du genre.

Commentaires

-