Pour punir et discipliner les enfants en bas âge de sa compagne, il les martyrisait avec un pistolet paralysant

Pour punir et discipliner les enfants en bas âge de sa compagne, il les martyrisait avec un pistolet paralysant

Publié le :

Mardi 11 Juillet 2017 - 13:26

Mise à jour :

Mardi 11 Juillet 2017 - 15:08
Un couple d'Américains vivant dans le Missouri est poursuivi pour des sévices infligés à des enfants. Le père de famille utilisait un pistolet paralysant pour punir les enfants de sa compagne.
©Etha Miller/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La méthode d'éducation de ce père de famille était particulièrement cruelle et violente. Gale Epple, 22 ans, un citoyen américain résident à Springfield dans le Missouri est accusé d'avoir infligé des électrochocs à une fillette de deux ans et à deux jumeaux âgés de un an selon Le Huffington Post Québec. Pour ce faire, il utilisé un pistolet à impulsion électrique de type Taser.

Ces trois enfants sont ceux de sa femme de 21 ans, Shelby Crabtree, a rapporté le News Leader, premier quotidien de la ville de Springfield, située au cœur des Etats-Unis.

C'est la baby-sitter des trois bambins qui a fait la découverte de ces terribles sévices. En effet, elle a remarqué des œdèmes et des brûlures sur le corps des enfants alors qu'elle faisait leur toilette. Elle s'était alors confrontée aux parents, enregistrant à leur insu leurs réactions. "Oui, je sais que je ne devrais pas. Mais ça ne fait pas mal, c'est un pistolet paralysant", avait justifié Gale Epple.

La jeune avait immédiatement prévenu les forces de l'ordre qui ont interpellé les parents des trois enfants. Si la mère de famille n'ignorait pas ces agressions, elle n’en aurait rien dit à la police, en plus de n’avoir pas emmené ses enfants à l’hôpital, pour ne pas prendre le risque de perdre la garde de ceux-ci. Toujours est-il qu’elle fait maintenant l’objet de poursuites en justice, tout comme son mari. Il a été inculpé pour sévices infligés à des enfants, et elle pour mise en danger d’enfants. Des faits passibles de sept ans d’emprisonnement.

C'est la baby-sitter des trois bambins qui a fait la découverte de ces terribles sévices.


Commentaires

-