Prêche "antisémite": les propos de l'imam de Toulouse détournés? (vidéo)

Contexte

Prêche "antisémite": les propos de l'imam de Toulouse détournés? (vidéo)

Publié le :

Mardi 17 Juillet 2018 - 17:06

Mise à jour :

Mardi 17 Juillet 2018 - 17:36
La vidéo d'un prêche jugé antisémite de l'imam de Toulouse Mohammed Tataï dévoilé fin juin avait provoqué l'indignation. Si les propos tenus peuvent en effet apparaître choquants, le débat sur le contexte, l'opportunité d'utiliser certains textes de l'Islam ou la possibilité d'un détournement de leur but se poursuit.
© Fred TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Après la publication d'une vidéo montrant un des ses prêches et contenant des propos antisémites, l'Imam de Toulouse Mohammed Tataï avait dénoncé un montage visant à sortir ses propos de leur contexte.

Saisi suite à une plainte pour incitation à la haine, le parquet avait d'ailleurs précisé que les enquêteurs devraient d'abord faire traduire ces propos par un expert assermenté, ceux-ci ayant été tenus en arabe et traduit en anglais.

Dans la vidéo en question, Mohamed Tataï déclare, selon la traduction de l’institut Memri qui l'a diffusée: "Le jugement dernier n’arrivera pas tant que les musulmans n'auront pas combattu les juïfs". "Les juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres, et les pierres et les arbres diront: Ô musulman, ô serviteur d’Allah, il y a un juif qui se cache derrière moi, viens le tuer". Plus loin, l'imam évoque la fin prophétisée de l’Etat d’Israël, mentionnant la mort de Shimon Peres en 2016.

Voir: L'imam de Toulouse s'excuse pour ses propos antisémites et ne sera pas sanctionné

Selon Le Figaro qui a fait appel à un expert, la traduction littérale est bien de cet ordre. Et pour cause, ce ne sont pas seulement les mots de l'imam mais le choix du texte ou le contexte qui sont en cause.

Il s'agit d'un hadith  (parole du prophète, de ses compagnons ou de grands religieux formant un dogme) attribué à un imam du IXe siècle. Eu égard à sa teneur -on le retrouve notamment dans la charte du Hamas de 1988- ce texte n'est plus en odeur de sainteté auprès des autorité musulmanes française. Le recteur de la mosquée de Paris avait ainsi jugé qu'elle "n'avait pas lieu d'être exhumé de son oubli".

Un autre point risque de compliquer l'appréciation du caractère antisémite de ce prêche. L'horloge située derrière Mohammed Tataï dans la vidéo montre bien une coupure de 20 minutes après qu'il a cité ce hadith, et elle se conclue après ses propos sur Israël. Impossible donc sur la base de ce seul extrait de savoir quel commentaire l'imam a fait.

C'est d'ailleurs la ligne de défense de Mohammed Tataï qui assure avoir voulu expliquer à quel point une guerre de religion serait dramatique:"Les extrémistes prennent les extraits qui les arrangent et les utilisent hors contexte pour servir leurs intentions néfastes. Il est donc important de bien expliquer ces textes pour éviter qu'ils ne s'en emparent. Ma mission, c'est de traiter de ces textes sensibles, de manière apaisée et dans l'esprit d'un islam modéré", s'était-il justifié. Il s'était également excusé auprès de ceux que le prêche a pu offenser.

Après des propos jugé antisémites de l'imam de Toulouse, le débat s'est porté sur le contexte dans lequel ils ont été tenus.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-