Après Saint-Etienne, l'évêque de Nancy révèle une autre affaire de pédophilie prescrite

Après Saint-Etienne, l'évêque de Nancy révèle une autre affaire de pédophilie prescrite

Publié le :

Vendredi 07 Juillet 2017 - 12:37

Mise à jour :

Vendredi 07 Juillet 2017 - 13:07
L'évêque de Nancy a révélé dans une lettre écrite le 30 juin dernier qu'un abbé de son diocèse avait été accusé d'agression sexuelle sur deux femmes alors adolescentes dans un camp de jeunes. Les deux affaires remontent à plus de 25 ans et sont prescrites, aucune poursuite n'a donc eu lieu. Ces faits rappellent fortement les révélations de l'évêque de Saint-Etienne.
© FRANK PERRY / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nouveau scandale d'agressions sexuelles sur mineurs dans l'église catholique de France. L'évêque de Nancy et Toul a annoncé dans une lettre adressée aux prêtres de son diocèse, datée du 30 juin et publiée sur le site de l'évêché que "deux femmes ont révélé avoir été victimes d’agressions sexuelles" de la part de l’abbé Paul Renard "alors qu’adolescentes elles participaient à un camp de jeunes dont il était l’aumônier" dans les années 1970.

Mgr Jean-Louis Papin précise que: "la première a révélé les faits en 2010. Après l’avoir rencontrée ainsi que Paul Renard qui a reconnu les faits, j’ai fait un signalement à la justice qui a conclu à la prescription. La victime est aujourd’hui décédée. La seconde personne s’est manifestée à moi en mai 2016. Après l’avoir rencontrée, j’ai également fait un signalement à la justice qui, à nouveau, a conclu à la prescription des faits".

Le prêtre en question ne peut donc plus être jugé à moins que d'autres victimes viennent se faire connaître pour des faits plus récents. "Si des personnes venaient à vous contacter pour vous signaler des faits d’agression sexuelle dont elles auraient été victimes ou dont elles auraient eu connaissance, accueillez-les, prenez le temps de les écouter et informez-moi" écrit l'évèque à l'intention des prêtres de la région.

Et d'ajouter que "les procédures ecclésiastiques et civiles étant terminées, j’ai décidé de demander à Paul Renard de ne plus exercer aucun ministère public", sans préciser combien de temps après la première révélation cela a eu lieu, ou si une mesure d'éloignement des enfants et adolescents avait été prise.

Cette affaire présente des ressemblances troublantes avec celle révélée par l'évêque de Saint-Etienne mardi 4. Là encore, des accusations de pédophilie visant un prêtre avaient été portées (entre 2000 et 2014). Et encore une fois, la prescription avait rendu les poursuites impossibles à moins de la manifestations d'autres victimes.

Le délai de prescription est de 20 ans à compter de la majorité de la victime pour les viols de mineurs, agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans ou commises par ascendant, personne ayant autorité ou plusieurs personnes. Elle est de 10 ans pour les infractions sexuelles moins graves. Une règle qui fait débat, les associations de victimes mettant en avant le fait que ce n'est qu'après de nombreuses années que la parole se libère.

 

L’évêque appelle les prêtres de son diocèse à lui signaler la présence d'autres victimes éventuelles.


Commentaires

-