Prison à vie pour une sexagénaire qui a abattu la femme de son fils

Prison à vie pour une sexagénaire qui a abattu la femme de son fils

Publié le :

Mardi 13 Mars 2018 - 15:56

Mise à jour :

Mardi 13 Mars 2018 - 16:02
© Mandel Ngan / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Aux Etats-Unis, une grand-mère de 64 ans a été condamnée à la prison à vie après avoir avoué le meurtre de sa belle-fille, qui voulait divorcer de son fils et partir avec ses petits-enfants.

Elle ne pourra demander une remise en liberté anticipée que dans 30 ans, quand elle aura 94 ans. Aux Etats-Unis, une grand-mère âgée de 64 ans a été condamnée à la prison à perpétuité après avoir reconnu vendredi 9 le meurtre de sa belle-fille, survenu en juin 2016.

Elle avait plaidé coupable mais expliqué qu'elle souffrait d'une grave dépression au moment de commettre l'irréparable. Cette "excuse" n'a visiblement pas suffi aux juges qui ont appliqué la peine maximale.

Les faits remontent donc à juin 2016. Elizabeth Wall (l'accusée) va mal car sa belle-fille, Jenna, 35 ans, a demandé le divorce de son fils, Jerrod, et réclame la garde de leurs deux enfants âgés de moins de dix ans.

Voir aussi: Claviers - il tue la belle-mère de son ex-compagne et retourne l'arme contre lui

La séparation est difficile et Jerrod soupçonne son épouse de l'avoir trompé avec un ex. Jenna, de son côté, est certaine que son futur ex-mari et sa belle-mère font tout pour monter ses deux garçons contre elle.

Un jour, alors qu'elle se trouve au domicile de ses propres parents à Powder Springs en Géorgie, Elizabeth vient récupérer les enfants et les confie à son fils avant d'aller confronter sa belle-fille, seule. Elle l'abat froidement de quatre balles, à bout portant, et la jeune femme de 35 ans s'effondre morte sur le sol de la cuisine.

Lors du procès, Elizabeth n'a cessé de pleurer à chaque fois que les avocats ou le juge lui posaient une question. Elle a failli s'évanouir quand son propre fils, Jerrod, a fait savoir par l'intermédiaire de son avocate (Suzanne Henrickson, celle qui plaidait sa cause dans la procédure de divorce) qu'elle n'existait plus à ses yeux: "Il n'a plus de mère. Pour lui, elle est morte ce jour-là".

Elizabeth Wall a abattu sa belle-fille en 2016. Cette dernière voulait divorcer de son fils et partir avec les enfants.

Commentaires

-