Procès de l'ultra-droite: 18 personnes jugées en correctionnelle à Amiens

Procès de l'ultra-droite: 18 personnes jugées en correctionnelle à Amiens

Publié le :

Jeudi 29 Décembre 2016 - 15:38

Mise à jour :

Jeudi 29 Décembre 2016 - 15:50
©Hadj/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le parquet d'Amiens a annoncé ce jeudi que 18 personnes du milieu de l'ultra-droite, dont le nationaliste Serge Ayoub, seront jugées en correctionnelle du 27 au 30 mars pour violence, séquestration et reconstitution d'un groupe de combat.

Le parquet d'Amiens a indiqué, ce jeudi 29, que 18 personnes sont renvoyées en correctionnelle notamment pour des faits de violences, dégradations par incendie, vols, séquestrations. Le nationaliste Serge Ayoub fait parti des prévenus dont deux sont des femmes. Un des accusés est toujours en détention provisoire pour des faits commis entre 2012 et 2013 selon le parquet d'Amiens.

Le procès se déroulera du 27 au 30 mars, car le nombre confondu de prévenus et de victimes représente plus d'une quarantaine de personne. Une "audience relai" aura lieu le 14 février, elle statuera "sur le maintien de la détention provisoire et du contrôle judiciaire" a ajouté le parquet. Plusieurs accusés ont fait partie du groupuscule d'extrême-droite WWK (White Wolfs Klan, clan des loups blancs) mais aussi du mouvement Troisième Voie, dirigé par Serge Ayoub. Ils sont renvoyés devant le tribunal correctionnel pour organisation, maintien ou reconstitution d'un groupe de combat. Les faits reprochés concernent notamment, selon le Courrier Picard, une soirée rassemblant des membres de l'ultra-droite française qui avait dégénéré le 8 décembre 2012 à Estrée-Mons à plus d'une soixantaine de kilomètres d'Amiens. Des membres de Troisième Voie s'en serait pris à cinq membres des nationalistes autonomes, en  les rouant de coups et en leur donnant des coups de couteau. Serge Ayoub est soupçonné d'avoir commandité l'agression.

En mars 2015, la police avait interpellé un quinzaines de personnes dans le cadre d'une information judiciaire qui avait été ouverte en mai 2014. La majorité des suspects étaient âgés de 20 à 30 ans. Troisième Voie et les Jeunesses nationalistes révolutionnaires, qui constituaient la garde rapproché du leader du mouvement Serge Ayoub, ont été dissoutes par le gouvernement en juillet 2013 suite à la mort du militant d'extrême gauche Clément Méric un mois plus tôt dans une rixe. Le Conseil d'Etat avait confirmé la dissolution du mouvement fondé en 2010 par Serge Ayoub surnommé Batskin et ancien chef des skinheads d'extrême-droite parisiens. 

Dix-huit personnes de l'ultra-droite seront jugées en mars à Amiens dont le nationaliste Serge Ayoub.

Commentaires

-