Procès en appel de Goodyear: plusieurs centaines de manifestants défendent les huit salariés à la barre

Ils avaient séquestré deux cadres

Procès en appel de Goodyear: plusieurs centaines de manifestants défendent les huit salariés à la barre

Publié le :

Mercredi 19 Octobre 2016 - 09:19

Dernière mise à jour :

Mercredi 19 Octobre 2016 - 09:20
Le procès en appel de huit anciens salariés de l'usine Goodyear s'ouvre ce mercredi. Accusés d'avoir séquestré deux cadres de l'usine en 2014, ils avaient été condamnés à 9 mois de prison ferme.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Dominique Faget/AFP
-A +A

Plusieurs centaines de personnes ont commencé à défiler vers le tribunal d'Amiens pour soutenir huit anciens salariés de l'usine Goodyear, condamnés à 9 mois de prison ferme en première instance pour avoir séquestrés deux cadres de l'usine et jugés mercredi en appel.

"Aujourd'hui y a pas à discuter: c'est la relaxe ou rien!", a harangué Mickaël Wamen, l'un des prévenus et figure emblématique du "combat" des Goodyear, au micro de la tribune du "village" CGT, sur les bords de l'étang du parc Saint-Pierre, au coeur d'Amiens.

Après un arrêt devant le tribunal, c'est là que les manifestants se retrouveront pour suivre la retransmission du procès, qui doit s'ouvrir à 9H00.

La CGT locale espère "au moins 10.000 sympathisants" devant la cour d'appel d'Amiens. Parmi eux sont attendus Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), Pierre Laurent (PCF) et le leader de la CGT Philippe Martinez.

"Il y aura du monde venant de toute la France, mais aussi de Belgique et de Suisse, on attend déjà 100 cars", avait assuré Mickaël Wamen.

Les 6 et 7 janvier 2014, le directeur des ressources humaines et le directeur de la production avaient été retenus pendant une trentaines d'heures dans les locaux de l'usine pneumatique occupée par quelques dizaines de salariés en colère.

La fermeture de l'usine a entraîné la suppression de 1.143 emplois. 

 

L'usine a fermé avec à la clé la suppression de 1.143 emplois.

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP