Projet d'assassinat contre Macron: un raciste fan d'explosifs et d'Anders Breivik déjà condamné pour apologie du terrorisme

Projet d'assassinat contre Macron: un raciste fan d'explosifs et d'Anders Breivik déjà condamné pour apologie du terrorisme

Publié le :

Mardi 04 Juillet 2017 - 09:04

Mise à jour :

Mardi 04 Juillet 2017 - 10:54
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'homme interpellé samedi pour avoir projeté d'assassiner Emmanuel Macron ou encore de s'en prendre aux "noirs, arabes, juifs ou homosexuels" était connu de la justice, condamné pour apologie du terrorisme concernant les actes perpétrés par le Norvégien Anders Behring Breivik. Il montrait régulièrement sur Internet sa passion pour les explosifs et sa volonté de s'en prendre à l'Elysée ou à une mosquée.

Un jeune homme de 23 ans a été interpellé samedi 1er à Argenteuil (Val-d'Oise) après avoir fait part sur Internet de son intention d'assassiner Emmanuel Macron. Il a été identifié comme un homme sans-emploi, psychologiquement instable, déjà connu pour ses penchants extrémistes et racistes et notamment un culte voué au terroriste norvégien d'extrême droite Anders Behring Breivik.

Guillaume M. -c'est son nom- avait d'ailleurs était condamné en 2016 pour apologie du terrorismeà trois ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis, précisément pour avoir encensé les actes du tueur de masse qui avait fait 77 morts en Norvège en 2011 lors d'un rassemblement de militants de gauche et de l'explosion d'une bombe près d'un bâtiment officiel.

Il arborait la photo du terroriste en profil de sa chaîne YouTube où il présentait des "tests" d'explosifs artisanaux, promettant notamment de les utiliser contre une mosquée. Sur le forum du site Jeuxvidéo.com, il avait également évoqué une méthode pour faire exploser l'Elysée, ou encore déclaré qu'il serait heureux si François Hollande "prenait une balle", rapporte Le Monde.

C'est sur ce même site qu'il a cherché à se procurer une arme de guerre de type kalachnikov, comportement qui a été signalé par des internautes à Pharos, la plate-forme de signalement du ministère de l'Intérieur.

Lors de son interpellation, il a menacé avec un couteau de cuisine les policiers qui sont venus l'arrêter. Plusieurs autres armes blanches ont été retrouvées dans son véhicule. L'analyse de son ordinateur a mis au jour des recherches concernant l'Elysée.

Mais la présidence de la République ne semblait pas sa seul cible potentielle puisqu'en garde à vue il a déclaré vouloir s'en prendre "aux noirs, aux arabes, aux juifs ou aux homosexuels". Il aurait prévu de passer à l'acte le 14 juillet, mais l'état d'avancement de son plan ou même sa seule capacité à commettre un attentat n'était pas connue ce mardi 4.

Son projet et son profil rappellent celui de Maxime Brunerie, qui avait visé le président Jacques Chirac alors qu'il remontait les Champs-Elysées en voiture le 14 juillet 2002, peu avant le début du défilé.

Par ailleurs, dans une affaire distincte, un homme de 21 ans, proche de l'ultra-droite qui menaçait sur les réseaux sociaux de s'en prendre à des "migrants" et des "djihadistes", a été arrêté le 27 juin dans les Bouches-du-Rhône et mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Lui aussi était un admirateur d'Anders Behring Breivik.

Toutefois, les liens éventuels entre Guillaume M. et un groupuscule extrémiste n'ont pas encore été établis. Le chef d'inculpation d' "entreprise individuelle terroriste" semble évoquer un acte isolé à ce stade de l'enquête.

Le suspect avait été condamné à trois ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis en 2016.

Commentaires

-