Propos ambigües de l'imam sur le djihad, la salle de prière fermée

Propos ambigües de l'imam sur le djihad, la salle de prière fermée

Publié le :

Jeudi 17 Mai 2018 - 17:16

Mise à jour :

Jeudi 17 Mai 2018 - 17:31
La préfecture de l'Hérault a ordonné la fermeture d'une salle de prière musulmane à Gigean mercredi. Les prêches de l'imam sont jugés "répréhensibles et contraires aux valeurs républicaines".
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'arrêté a été pris mercredi 16. La préfecture de l'Hérault a ordonné la fermeture d'une salle de prière musulmane à Gigean, en vertu de la loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (SILT).

Selon les informations de France Bleu Hérault, ce sont les prêches de l'imam qui sont la cause de cette fermeture administrative. En effet, ces derniers auraient contenu des appels à la haine et à la discrimination envers les femmes, les juifs et les chrétiens, jugés "répréhensible et contraire aux valeurs républicaines", et tenant du prosélytisme radical. De son côté RTL précise que le responsable religieux aurait tenu des propos "ambigües" sur le djihad.

La salle de prières en question était fréquentée par une petite centaine de fidèles dont certains présentant des signes inquiétants de radicalisation.

En plein état d'urgence, une perquisition administrative avait eu lieu à la salle de prière en novembre 2015 peu après les attentats de Paris. Il s'agit de la quatrième fermeture d'une salle de prière musulmane depuis sept mois et l'entrée en vigueur de la loi sur la Sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (SILT).

Lire - Le gouvernement expulse vers l'Algérie un imam salafiste marseillais

Une mosquée salafiste avait été fermée à Marseille à la fin de l'année 2017. L'imam marseillais, auquel il était reproché de tenir des prêches très radicaux, a été expulsé vers l'Algérie à la fin du mois d'avril.  En cause, des discours tenus par l'imam qui "appellent à la défaite et à la destruction des mécréants", "incitent à l’application de la loi du talion à l’encontre de ceux qui combattent Dieu et son prophète et à l’égard desquels la sentence de Dieu est la mort ou la crucifixion", expliquait alors la préfecture.

 

La salle de prière musulmane de Gigean a été fermée.


Commentaires

-