Protection des données: il accuse Uber d'être à l'origine de son divorce et réclame 45 millions d'euros

Protection des données: il accuse Uber d'être à l'origine de son divorce et réclame 45 millions d'euros

Publié le 08/02/2017 à 12:09 - Mise à jour à 12:21
©Nederstigt/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme d'affaires du sud de la France réclame une somme colossale à Uber, d'après une information dévoilée par "Le Figaro". Il estime en effet qu'une mauvaise protection de ses données a permis à son épouse de consulter ses déplacements ce qui aurait poussé cette dernière à demander le divorce.

Une nouvelle affaire montrant les risques de la part croissante dans la vie quotidienne de la numérisation des données personelles… et de l'absence de maîtrise. Un homme a en effet décidé de poursuivre Uber pour ne pas avoir su conserver correctement ses données personnelles. Il impute à cette légèreté un événement pour le moins malheureux intervenu dans sa vie: son divorce.

Les faits, révélés par Le Figaro, se déroulent sur la Côte d'Azur. Un homme d'affaires local, utilisateur régulier du service de chauffeur à prix fixé à l'avance, se sert exceptionnellement du téléphone –un iPhone– de son épouse pour une commande. Il entre donc les données relatives à son compte sur ce nouvel appareil, en prenant soin de se déconnecter après l'utilisation.

Problème: malgré la déconnexion, l'épouse va réussir à accéder malgré tout au compte de son mari et à son historique de commandes. Elle relèvera alors des déplacements effectués via Uber par son époux lui laissant penser à des infidélités de son mari, ce qui provoquera la séparation.

L'entrepreneur azuréen a donc décidé de porter plainte contre le géant américain qui a popularisé ce nouveau modèle économique estimant que c'est une faille technique qui a provoqué son divorce. Et l'individu doit sans doute anticiper une séparation coûteuse: il demande pas moins de 45 millions d'euros à l'entreprise de San Francisco selon les informations du quotidien, se référant à une assignation délivrée au tribunal de grande instance de Grasse, dans les Alpes-Maritimes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


L'épouse pouvait accéder à l'ensemble des commandes passées par son mari, malgré la déconnexion de ce dernier.

Fil d'actualités Société