Pyrénées-Atlantiques: le diocèse veut "accompagner" les homosexuels, SOS Homophobie s'indigne

Pyrénées-Atlantiques: le diocèse veut "accompagner" les homosexuels, SOS Homophobie s'indigne

Publié le 28/02/2018 à 11:06 - Mise à jour à 11:18
© ANDREI PUNGOVSCHI / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le diocèse organise début mars à Bayonne et Pau dans les Pyrénées-Atlantiques des réunions "d'accompagnement des personnes homosexuelles". Un scandale pour les associations locales de défense des droits des personnes LGBT mais aussi pour SOS Homophobie qui demande à la Conférence des évêques de France d'agir.

Les 7 et 8 mars prochains, le diocèse de Bayonne-Lescar et Oloron organisent à Bayonne et Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, des rencontres sur "l'accompagnement des personnes homosexuelles" dispensées par l'abbé Louis-Marie Guitton, aumônier de l'association "Courage".

Dès l'annonce de cet "événement", les associations locales de défense des droits des personnes LGBT ont condamné cette initiative qui revient selon elles à considérer l'homosexualité "comme une déviance qu'il conviendrait de corriger", selon un communiqué relayé par Sud-Ouest.

L'association nationale SOS Homophobie s'est jointe au mouvement d'indignation. Et a également souligné dans son propre communiqué diffusé sur son site Internet que l'association "Courage" n'en est pas à sa première polémique.

"L’association Courage, partenaire de cette réunion, fait l’objet de plusieurs plaintes aux Etats-Unis où elle organise des thérapies de guérison de l’homosexualité", est-il ainsi expliqué.

Lire aussi: Nordahl Lelandais chasseur d'homosexuels? Le nouveau témoignage pris très au sérieux par les enquêteurs

Outre le caractère scandaleux de pareilles "réunions", SOS Homophobie met en avant le danger qu'elles représentent: "Loin d’aider et de soutenir les personnes LGBT, ce type de réunion peut créer chez elles un sentiment de culpabilité relatif à leur orientation sexuelle ou à leur identité de genre. Elles peuvent entraîner une diminution de l’estime de soi, l’isolement de la personne concernée et peut donner lieu à des tentatives de suicide".

L'association SOS Homophobie tient la Conférence des évêques de France pour responsable et l'enjoint à agir contre l'organisation de ce type de réunions.

En France, chaque année plus de 10.000 personnes en viennent à se donner la mort. Ce qui représente 2% des décès. Parmi eux se trouvent de nombreuses personnes LGBT. En effet, le risque de suicide est 2 à 7 fois plus élevé chez les homosexuels ou bisexuels, que chez les hétérosexuels.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Des réunions pour "accompagner les personnes homosexuelles" ont provoqué un scandale parmi les associations de défense des droits des personnes LGBT.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-