Radicalisation: un nouveau mineur arrêté pour ses liens avec Rachid Kassim

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 19 novembre 2016 - 15:22
Image
Rachid Kassim
Crédits
©Welanyat Nineveh/AFP Photo/HO
Rachid Kassim se trouverait quelque part dans la zone irako-syrienne.
©Welanyat Nineveh/AFP Photo/HO
Un adolescent de 17 ans soupçonné d'avoir été en contact avec le djihadiste français Rachid Kassim a été interpellé cette semaine à Rennes et mis en examen, a-t-on appris ce samedi. Le nom du jeune homme semble donc s'ajouter à la longue liste d'individus, souvent mineurs, qui se seraient radicalisés au contact du Français membre de l'Etat islamique.

Un adolescent de 17 ans, en lien sur les réseaux sociaux avec Rachid Kassim, le djihadiste français connu pour avoir téléguidé de nombreux émules depuis la zone irako-syrienne, a été mis en examen par des juges antiterroristes et placé en détention provisoire, a indiqué samedi une source judiciaire.

L'adolescent né en Belgique a été arrêté cette semaine à Rennes, où sa famille s'est installée récemment. Il a été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, a précisé la source.

Son interpellation a eu lieu dans le cadre de l'enquête sur une autre mineure, une adolescente de 16 ans arrêtée en août à Melun alors qu'elle se disait prête à commettre une action violente au nom du djihad, dans les messages qu'elle envoyait sur le compte qu'elle administrait sur la messagerie cryptée Telegram.

La jeune fille, alors décrite comme "très radicalisée" par une source proche de l'enquête, avait été mise en examen et placée en détention provisoire. Les enquêteurs ont fait le lien entre l'adolescente et le djihadiste Rachid Kassim. Un autre homme avait ensuite été arrêté, soupçonné de faire fonctionner le compte Telegram avec la jeune fille.

L'adolescent arrêté cette semaine, qui se faisait appeler Abou Omar dans ses échanges, était en lien avec cet homme, a précisé une source proche de l'enquête. Il se montrait lui aussi actif, notamment sur le compte administré par Rachid Kassim.

Les enquêteurs s'interrogent aussi sur la volonté de l'adolescent de passer à l'acte, a indiqué une source proche de l'enquête.

Depuis cet été, au moins une quinzaine de personnes, souvent jeunes voire mineures, ont été interpellées et mises en examen pour des menaces d'attentats inspirées par les appels au meurtre lancés sur Telegram par le djihadiste français Rachid Kassim depuis la zone irako-syrienne.

Cette messagerie, où les comptes peuvent être cryptés et difficiles d'accès pour les services de renseignement, est prisée par les djihadistes. Ils y voient un moyen de s'adresser à leurs partisans, mais aussi à des jeunes fragiles et manipulables.

Kassim, 29 ans, est notamment soupçonné d'avoir téléguidé les deux jeunes hommes de 19 ans, Abdel Malik Petitjean et Adel Kermiche, qui ont tué un prêtre dans son église fin juillet à Saint-Étienne du Rouvray, avant d'être abattus par les forces de l'ordre. Il est visé par un mandat d'arrêt international dans ce dossier.

La France fait face à une menace terroriste sans précédent, avec des attentats qui ont fait 238 morts depuis début 2015.

 

À LIRE AUSSI

Image
Rachid Kassim
Rachid Kassim: de Magnanville à Notre-Dame, le djihadiste est mêlé à "une dizaine d'enquêtes" terroristes
Le Français Rachid Kassim, 29 ans, est mêlé à "une dizaine d'enquêtes" terroristes en cours. Le djihadiste qui officie via Internet depuis la Syrie est ainsi considéré...
15 septembre 2016 - 17:27
Société
Image
Rachid Kassim
Tentatives d'attentats: les trois femmes écrouées pilotées par Rachid Kassim
Le nom de Rachid Kassim, djihadiste français qui se trouverait en Irak ou en Syrie, apparaît dans l'affaire de l'attentat manqué aux bonbonnes de gaz pour lequel trois...
13 septembre 2016 - 14:09
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.