Retraités tués à la hache dans la Drôme: un vagabond récidiviste trahi par l'ADN

Retraités tués à la hache dans la Drôme: un vagabond récidiviste trahi par l'ADN

Publié le :

Mercredi 26 Septembre 2018 - 20:53

Mise à jour :

Mercredi 26 Septembre 2018 - 20:54
©Scott Olson/Getty Images North America/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le procureur de la République de Valence a annoncé ce mercredi que l'homme interpellé suite au meurtre de deux retraités perpétré en juin dernier dans la Drôme avait été trahi par son ADN. Celui-ci a été retrouvé notamment sur la hache utilisée pour tuer les deux victimes. L'homme avait été condamné à plusieurs reprises en Espagne.

Les enquêteurs sont  persuadés d'avoir trouvé l'homme qui a tué en juin dernier, à coups de couteau et de hache, deux retraités dans la Drôme.

Le 19 juin, le corps d'une femme de 84 ans et d'un homme de 68 ans avaient été retrouvés au domicile de l'octogénaire, sur la commune de Saint-Marcel-lès-Sauzet. La femme avait reçu des coups de couteau, ainsi qu'au moins un coup de hache au visage. L'homme avait également été frappé avec cette arme. Les deux corps avaient été dissimulés et la scène de crime maladroitement nettoyée.

Rapidement les soupçons se sont portés sur un vagabond aperçu dans la région et qui vivait dans un bâtiment désaffecté. L'homme a été interpellé peu après les faits. Mais ce n'est que ce mercredi 26 que le procureur de la République de Valence a annoncé à la presse qu'il n'y avait plus de doute le lien entre les faits et "cet auteur unique".

Voir: Drôme: deux retraités de 84 et 68 ans massacrés à l'arme blanche

L'individu, un sexagénaire, a en effet été confondu par son ADN, retrouvé sur la fameuse hache ainsi que sur un tesson de bouteille. Le suspect est originaire d'Espagne, pays où il a déjà eu affaire à la justice pour des affaires de vol notamment. Ce serait d'ailleurs une nouvelle fois l'appât du gain qui aurait motivé le suspect. Mais l'enquête doit encore établir dans quelles conditions un vol a pu dégénérer au point d'atteindre un tel degré de férocité. "Il  y avait une volonté de tuer, une vraie sauvagerie dans le passage à l'acte", a conclu le procureur.

Le suspect conteste cependant les faits. Mis en examen pour ce double meurtre, il risque donc la réclusion criminelle à perpétuité.

Lire aussi: Elle assassine sa fille à coups de hache car elle la trouve trop insolente

 

L'ADN du suspect a été retrouvé sur la hache qui a servi au meurtre des deux retraités (illustration).


Commentaires

-