Rouen: après le suicide d'une collégienne, une de ses camarades en garde à vue

Rouen: après le suicide d'une collégienne, une de ses camarades en garde à vue

Publié le 21/06/2017 à 09:39 - Mise à jour à 10:00
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Orlane, 13 ans, était harcelée sur les réseaux sociaux et s'est défenestrée en mars dernier au Grand-Quevilly, en Seine-Maritime tout près de Rouen. Mardi, l'enquête sur sa mort a pris un nouveau tournant: l'une de ses camarades de classe a été placée en garde à vue à Rouen.

Une jeune collégienne en classe de quatrième dans l'établissement Edouard-Branly s'est donné la mort au Grand-Quevilly, en Seine-Maritime. Harcelée sur les réseaux sociaux, Orlane s'est défenestrée du septième étage du domicile familial en mars dernier. Transportée en urgence à l'hôpital, elle n'a pas survécu à ses blessures. 

Rapidement, une enquête a été ouverte et une source judiciaire a confirmé à Normandie-actu que l'adolescente de treize ans avait "reçu des appels ou des messages menaçant de dévoiler des photos compromettantes d'elle".

Suite à quoi, l'une de ses camarades de classe a été placée en garde à vu mardi 20 et a été entendue par les membres de la brigade criminelle de la Sûreté départementale pour harcèlement et atteinte à l'intimité de la vie privée. Les enquêteurs auraient en effet retrouvé des messages Facebook entre les deux jeunes filles. Toutefois, le lien entre les discussions et le suicide d'Orlane serait compliqué à établir selon les forces de l'ordre.

La collégienne en garde à vue, qui risque jusqu'à deux ans de prison, serait aussi soupçonnée d'avoir harcelé le petit frère de la victime, âgé de dix ans. 

Pour rappel, le suicide d'Orlane n'est pas le premier au collège Edouard-Branly. En 2013, un élève de troisième s'était déjà donné la mort en sautant du quinzième étage de son immeuble. Le petit frère de celui-ci était d'ailleurs scolarisé dans l'établissement à l'époque où la jeune Orlane s'est donné la mort. Dans la foulée de son suicide, une cellule psychologique avait été mise en place pour les élèves mais aussi le personnel enseignant.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Harcelée, Orlane s'était jetée du septième étage d'un immeuble.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-