Rouen: un détenu s'évade par la porte grâce à une pause cigarette

Rouen: un détenu s'évade par la porte grâce à une pause cigarette

Publié le :

Mercredi 07 Février 2018 - 13:45

Mise à jour :

Mercredi 07 Février 2018 - 14:01
© BORIS HORVAT / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un détenu de la maison d'arrêt Bonne Nouvelle de Rouen s'est évadé lundi dans des conditions étonnantes. Il a profité d'un statut privilégié et d'une pause cigarette pour s'enfuir par la porte apparemment restée ouverte.

Une évasion pour le moins insolite a eu lieu lundi 5 à la Maison d'arrêt Bonne Nouvelle de Rouen. Un détenu a en effet réussi à s'échapper sans rencontrer la moindre résistance, profitant simplement d'une pause cigarette.

Il faut dire que le prisonnier se trouvait déjà hors des murs à proprement parler selon Paris Normandie qui révèle l'information. L'homme travaillait en effet à la cantine de l'établissement, statut qui ouvre à quelques dérogations. "Ce détenu était autorisé à sortir des murs des locaux de détention pour aller travailler au mess, il en a profité", confirme au quotidien le directeur de l'établissement.

Lire aussi: Barreaux sciés et corde en draps, évasion au CRA de Palaiseau  

Une fois sorti pour sa pause cigarette, il ne restait donc au détenu qu'à passer la grille d'entrée pour quitter la maison d'arrêt. Un obstacle qui se serait révélé assez facile à franchir, puisque l'homme aurait tout simplement profité d'une des ouvertures, fréquentes à cette heure en raison de l'arrivée du personnel.

Le SRPJ de Rouen a été chargé de retrouver cet individu âgé de 35 ans et présenté comme un délinquant récidiviste. Autre élément étonnant, il aurait pris le risque de s'évader et donc d'être repris alors qu'il n'avait écopé "que" d'une peine de quatre mois pour vol et qu'il ne lui restait plus que quelques semaines avant sa libération.

Les maisons d'arrêts sont en effet destinés  aux prévenus en détention provisoire (personnes détenues en attente de jugement ou dont la condamnation n’est pas définitive) ainsi que les personnes condamnées dont la peine ou le reliquat de peine n’excède pas deux ans. La sécurité n'est donc pas la même que dans les fameuses "centrales" qui accueillent les détenus les plus dangereux.

Le détenu travaillait au mess et a profité de sa pause cigarette pour s'évader.


Commentaires

-