Sa fille se fait agresser sexuellement, il fait une grève de la faim pour que son voisin déménage

Sa fille se fait agresser sexuellement, il fait une grève de la faim pour que son voisin déménage

Publié le :

Mardi 10 Avril 2018 - 14:37

Mise à jour :

Mardi 10 Avril 2018 - 14:48
Un père de famille, vivant à Jarny en Meurthe-et-Moselle, a entamé une grève de la faim depuis samedi pour que son voisin déménage. Ce dernier a été condamné en décembre dernier pour agression sexuelle sur sa fille de neuf ans.
©De/Isopix/Sipz
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il habite à côté de l'agresseur présumé de sa fille. Un père de famille, vivant à Jarny en Meurthe-et-Moselle, a entamé depuis samedi 7 une grève de la faim pour que son voisin déménage. Agé de 70 ans, ce dernier a été condamné en décembre dernier à un an de prison avec sursis et cinq années de mise à l'épreuve pour avoir sexuellement agressé sa fille de neuf ans en juillet 2016. Seulement voilà: le septuagénaire a fait appel de la décision.

Une nouvelle audience doit donc avoir lieu mais pour le moment, aucune date n'a été fixée et aucune mesure d'éloignement n'a été instaurée pour qu'il ne soit plus à proximité de sa fille. Une situation que déplore le père de famille.

"Je ne vais pas attendre 24 ou 36 mois. On ouvre la fenêtre, on peut croiser ce type", s'est-il indigné au micro de France Bleu expliquant qu'elle était traumatisée. Quand elle "le voit, elle est totalement perturbée, elle en pisse dans sa culotte".

Lire aussi - Il fait une grève de la faim pour savoir si son ex-compagne est enceinte de lui 

Il a même confié qu'elle avait subi une intervention chirurgicale au moment des faits: "à cause du stress, elle s'était fait des nœuds dans le ventre". Alors, pour l'aider à traverser cette douloureuse épreuve, il ne cesse de réclamer une mesure d'éloignement.

Comme l'a expliqué France Bleu, le père de famille a même écrit une lettre à certains députés, au préfet et au sous-préfet de son département ainsi qu'aux deux derniers locataires de l’Élysée, François Hollande et Emmanuel Macron. Il a tenu à rappeler que ce n'était "pas aux victimes d'être coupables". "Je ne déménagerai pas", a-t-il affirmé.

Un père de famille de Jarny (Meurthe-et-Moselle) a entamé une grève de la faim pour réclamer une mesure d’éloignement de l’agresseur de sa fille.


Commentaires

-