Saint-Omer: ivres et drogués, ils séquestrent et torturent leur amie en lui plantant des clous dans les jambes

Justice

Saint-Omer: ivres et drogués, ils séquestrent et torturent leur amie en lui plantant des clous dans les jambes

Publié le :

Mardi 20 Juin 2017 - 14:47

Mise à jour :

Mardi 20 Juin 2017 - 15:31
Le dernier jour du procès du couple de tortionnaires, accusé d'avoir séquestré et torturé leur amie par jalousie à Saint-Omer, a lieu ce mardi devant les assises du Pas-de-Calais. Les accusés ont avoué leur crime mais n'arrivent pas à expliquer leur violence.
© Eric FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le drame s'est déroulé il y a plusieurs années. Le dimanche 9 mars 2014, un piéton a retrouvé une femme mal en point, errante et traumatisée à l'angle des rues du Lycée et Gambetta, à Saint-omer dans le Pas-de-Calais. L'homme a contacté immédiatement les pompiers qui ont appelé les services de police au vu des blessures de la jeune femme. Elle a expliqué aux secours avoir été séquestrée et torturée pendant deux à trois jours dans l'arrière cuisine de son ancienne colocataire et son petit ami. Le procès, qui a débuté le 15 juin, se termine ce mardi 20.

L'avocate de la victime a raconté les histoires d'horreurs vécues pas sa cliente. "Bâillonnée, affamée, assoiffée, on lui a planté des clous dans les jambes, à la fin on lui disait même qu’on allait la tuer pour une histoire de jalousie"  a expliqué Maitre Roy-Nansion, relate la Voix du Nord.

Les deux accusés ont avoué les faits mais restent très flous sur les circonstances et les raisons du crime. Ivres et drogués au moment des faits, les coupables ne se rappellent plus très bien de l'acte. C'est donc le procureur de la cour d'assises du Pas-de-Calais qui leur a rappelé la scène et a essayé de comprendre si le geste a été prémédité: "A l’instant où Alice est entrée chez vous, elle a été assommée de coups de poêle, puis portée jusqu’au cellier pour être attachée sans pouvoir dire un seul mot". Pour un expert psychologue appelé à la barre, la jeune femme est une victime "sacrifiée sur l'autel de leur haine". Les enquêteurs ont découvert que le cellier avait été vidé et équipé avec une chaise, un duvet et une bassine, appuyant fortement la thèse de la préméditation.

"Elle n'avait rien fait", avoue l'accusé en parlant de la victime. La petite amie de ce dernier, évoque "l'accumulation des disputes" au sein du couple pour expliquer leur acharnement.

Après 4 jours d'audience, le procureur a réclamé dix ans de prison pour l'un et sept ans pour l'autre car l'altération du jugement a été confirmée par un expert psychiatre. 

Le couple de tortionnaire a avoué les faits mais reste flou sur les circonstances du drame.(Illustration)

Commentaires

-