Saran: un détenu de 25 ans se donne la mort dans sa cellule, il faisait l'objet d'une surveillance renforcée

Saran: un détenu de 25 ans se donne la mort dans sa cellule, il faisait l'objet d'une surveillance renforcée

Publié le :

Lundi 02 Octobre 2017 - 07:06

Mise à jour :

Lundi 02 Octobre 2017 - 07:07
Un homme de 25 ans s'est suicidé dimanche matin dans la prison de Saran à côté d'Orléans. Placé en détention préventive, il faisait l'objet d'une surveillance particulière.
©Sakeeb Sabakka/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'administration pénitentiaire avait repéré la fragilité psychologique du jeune homme. Elle n'a pourtant pas réussi à éviter le pire. Dimanche 1er octobre, un détenu de 25 ans s'est donné la mort au centre pénitentiaire de Saran, à proximité d'Orléans dans le département du Loiret.

La victime du geste désespéré était incarcérée depuis le mois d'août au Cepos (Centre pénitentiaire d'Orléans-Saran), en détention provisoire. Il était mis en examen et avait incarcéré sur décision du juge d'instruction de Chartres dans le cadre d'une affaire de menaces et de harcèlement.

Considéré comme un profil sensible, il avait été placé à l'isolement et faisait l'objet d'une surveillance particulière. C'est en fin de matinée cependant qu'il a réussi à échapper à la surveillance de ses gardiens et s'est pendu dans sa cellule juste après une ronde des personnels de la prison.

Le jeune homme a laissé un courrier expliquant les raisons de son geste mortel.

 Le Centre pénitentiaire d'Orléans-Saran avait connu il y a un peu moins d'un an une série noire de suicides avec trois hommes incarcérés qui se sont donné la mort en 15 jours entre la fin de l'année 2016 et le début de l'année 2017.

En France, chaque année, une centaine de personnes se suicident en prison (ils étaient 113 en 2015). La sonnette d'alarme a été tirée à plusieurs reprises pour alerter sur ce fléau qui touche plus particulièrement les personnes placées en détention préventive, donc celles pour lesquelles aucune peine définitive n'a été prononcée et qui sont présumées innocentes.

L'homme faisait pourtant l'objet d'une surveillance particulière.


Commentaires

-