Sartrouville: jugé pour viol et agressions sexuelles, l'instituteur pédophile parle de "marques d'affection"

Yvelines

Sartrouville: jugé pour viol et agressions sexuelles, l'instituteur pédophile parle de "marques d'affection"

Publié le :

Mercredi 04 Avril 2018 - 17:11

Mise à jour :

Mercredi 04 Avril 2018 - 17:21
Depuis mardi un enseignant de Sartrouville comparait devant la cour d'assises des Yvelines. Il est en effet accusé d'avoir abusé de sept enfants, un viol et six agression sexuelles, au cours de l'année 2015.
© DAMIEN MEYER / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un professeur de 39 ans comparait depuis mardi 3 devant la cour d'assises des Yvelines. il est accusé d'un viol et de six agressions sexuelles sur des mineurs. Il est suspecté d'avoir commis ces actes en 2015 lorsqu'il était enseignant à l'école catholique Saint-Martin à Sartrouville.

A la barre, celui qui fait maintenant un travail psychologique sur lui-même a concédé être un pédophile, comme l'a rapporté Le Parisien.

A voir aussi: L'instituteur collectionne les images pédophiles et veut "rester dans l'éducation"

Mais cet homme qui est devenu enseignant sur le tard a nié avoir forcé un élève à lui faire une fellation et a martelé qu'il n'avait fait qu'apporter "des marques d'affection" aux élèves qui l'accusent de les avoir agressé.

Les faits ce seraient à chaque fois déroulé dans l'enceinte de l'établissement, plus précisément lors de récitations de leçons ou de poésies. L'enfant qui dit avoir été violé a par contre évoqué une fellation forcée qui ce serait déroulée à son domicile, alors que son professeur lui donnait des cours particuliers.

Le suspect a expliqué à la barre avoir été lui-même abusé par son père, alcoolique, alors qu'il avait 11 ou 12 ans. "Je pensais vivre quelque chose de particulier avec lui. Je n’ai pas ressenti d’agression. J’étais d’accord. Ce n’est qu’aujourd’hui et intellectuellement que je le comprends", a-t-il expliqué en parlant de son père.

Il avait choisi de se réorienter en tant que professeur assez tard, après avoir travaillé pour un bailleur HLM. Dans le cadre de sa profession à l'école catholique Saint-Martin, il a expliqué qu'il cachait son homosexualité pour éviter les préjugés homophobes. Il a aussi indiqué qu'il n'avait pas décidé d'être enseignant dans une logique prédatrice.

"Je n’ai pas choisi de faire ce métier pour assouvir des désirs sexuels, mais je savais que j’y serais bien", a-t-il indiqué.

Le verdict du procès doit être rendu ce mercredi 4.

le professeur accusé de pédophilie a nié les faits mardi devant la cour d'assises des Yvelines.

Commentaires

-