Seine-Saint-Denis: une femme forcée de quitter son logement à cause d'une invasion de rats

Seine-Saint-Denis: une femme forcée de quitter son logement à cause d'une invasion de rats

Publié le :

Mercredi 20 Septembre 2017 - 09:34

Mise à jour :

Mercredi 20 Septembre 2017 - 09:43
© Sanjay Kanojia / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une habitante de la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis a dû quitter son appartement en janvier. Elle était tombée nez à nez avec un rat dans sa salle de bain. La femme n'a toujours pas été relogée et rien n'a été mis en place pour se débarrasser des rongeurs.

Une habitante de la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis a dû quitter son appartement en janvier dernier après être tombée nez à nez avec un rat, dans la cuvette de ses toilettes. "Ma vie est un enfer", a-t-elle confié au quotidien Le Parisien mardi 19.

En effet, la quadragénaire n'a pas été relogée... malgré ses nombreuses demandes et la proposition d'une solution qu'elle n'a pas jugée suffisante. Et rien de durable n'a encore été fait par son bailleur pour déloger les rongeurs. Alors qu'elle vivait dans cet appartement situé au rez-de-chaussée depuis dix ans, cette locataire a dû demander à des amis ou de la famille de l'héberger.

"Cela fait huit mois qu'un seau d'eau est posé sur la cuvette des WC pour les empêcher d'entrer chez moi. On m'appelle Madame Ratatouille dans le quartier. Je suis obligée d'uriner dans la baignoire, me rendre au MacDonald ou demander l'hospitalité à des amis. Cette situation est humiliante", a-t-elle avoué.

Car, parfois, personne ne peut l'accueillir pour la nuit et elle dort alors dans l'appartement qui a jadis été chez elle et qui appartient de plus en plus aux rats. Comme ils n'ont pas été délogés, ils ont continué leur croisade et de nombreuses galeries ont vu le jour jusque sous la chambre de la locataire, qui se réveille parfois au beau milieu de la nuit en entendant le bruit que font les nuisibles. "Ils n'arrêtent pas de creuser dans les murs, dans le sol et la tuyauterie. Lorsque les bruits m'effrayent trop, je donne des coups dans les murs pour les faire fuir... Mais rien n'y fait".

D'autres opérations de dératisation ont été prévues par le bailleur de cette pauvre dame qui n'est pas la seule habitante du rez-de-chaussée à être victime des rats. Et espère que cette fois les nuisibles partiront pour de bon.

La locataire n'est plus vraiment chez elle depuis le mois de janvier.


Commentaires

-