Affaire Maëlys: solidaires, les collègues de la maman lui offrent 572 jours de RTT

Travail

Affaire Maëlys: solidaires, les collègues de la maman lui offrent 572 jours de RTT

Publié le :

Vendredi 16 Février 2018 - 17:41

Mise à jour :

Vendredi 16 Février 2018 - 17:48
Les collègues de la maman de Maëlys ont récolté 572 jours de dons de RTT destinés à leur collègue. Jennifer Cleyet-Marrel n'a pas repris le travail depuis fin août dernier et la disparition de sa fille en marge d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère.
©Capture d'écran BFM
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'appel aux dons a été suivi avec une grande générosité. Les collègues de travail de la maman de la petite Maëlys, dont la quasi-totalité du corps a été retrouvé jeudi 15 sur indication de Nordahl Lelandais, ont offert à cette infirmière suffisamment de jours de RTT pour qu'elle puisse s'abstenir d'exercer son activité professionnelle pendant presque trois ans.

Au total ce sont 572 jours de RTT qui ont été offerts à la mère de la victime, Jennifer Cleyet-Marrel, par le personnel du centre hospitalier intercommunal de Haute-Comté à Pontarlier, afin qu'elle ne subisse pas de perte de salaire. Chaque salarié a fait don en moyenne d'une demi-journée de travail. La direction de l'hôpital avait validé cette proposition des représentants syndicaux de l'établissement en novembre dernier. 

Lire aussi: Les circonstances de la mort de Maëlys examinées à la loupe

"Cette solidarité ne nous a pas surpris, on a été très touchés l'été dernier quand cela est arrivé", a expliqué à France 3 Bourgogne Franche-Comté Lydie Lefebvre, déléguée syndicale CGT du centre hospitalier de Pontarlier.

Jennifer Cleyet-Marrel n'a pas repris le travail depuis fin août dernier et la disparition de sa fille en marge d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère. "Ce sera à elle de décider ce qu'elle fera de ces jours, si elle veut reprendre progressivement à temps partiel ou prendre du temps", a confié Lydie Lefebvre.

Voir également: Maëlys: les restes de l'enfant découverts, Lelandais avoue l'avoir tuée 

Acculé après la découverte de nouveaux indices, l'ex-militaire de 34 ans venait d'avouer, après six mois de silence, avoir tué "involontairement" la fillette de 8 ans. Pour son avocat, Alain Jakubowicz, c'est un "grand soulagement" de voir que son client dit désormais la vérité après s'être muré dans le silence depuis sa mise en examen.

 

Jennifer Cleyet-Marrel n'a pas repris le travail depuis fin août dernier et la disparition de sa fille.

Commentaires

-