Somme: le corps mort d'un ado de 17 ans retrouvé dans un étang proche de son lycée

Somme: le corps mort d'un ado de 17 ans retrouvé dans un étang proche de son lycée

Publié le :

Vendredi 31 Mars 2017 - 12:59

Mise à jour :

Vendredi 31 Mars 2017 - 13:09
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le corps d'un ado de 17 ans a été retrouvé mort jeudi soir dans un étang à quelques centaines de mètres de son lycée, à Ham dans la Somme. D'après les premières constatations, un "geste volontaire" du jeune homme serait envisageable.

Le corps d'un lycéen de 17 ans a été retrouvé dans un étang, à Ham dans la Somme, jeudi 30 au soir. L'adolescent avait été porté disparu le jour même dans la matinée. L'étang dans lequel il a été repêché se trouvait à quelques centaines de mètres de son établissement scolaire."A ce stade, aucune hypothèse n’est écartée", a indiqué une source proche du dossier à 20 Minutes. Elle a précisé que des plaies étaient visibles sur l'abdomen du défunt.

Le jeune homme était interne au lycée professionnel Jean-Charles Peltier. Absent de l'établissement jeudi 30 matin, il a été signalé en fugue vers 10H. En l'absence de nouvelle, le directeur du lycée a alerté les gendarmes vers 17H, lesquels ont immédiatement déployé d'importants moyens de recherche. "Il ne s'était pas présenté en cours de la journée" et "n'avait pas réintégré l'internat à 17H30", a relaté le parquet d'Amiens cité par BFM TV. Avant d'ajouter: "Son corps a été retrouvé à 20H dans un étang, à une centaine de mètres de son lycée, avec une plaie à l'arme blanche au niveau du cou, qui semble avoir causé le décès, et une autre plus légère au niveau de l'abdomen".

L'enquête a été confiée aux gendarmes de la brigade de recherche de Péronne. L’AFP indique d'une source judiciaire que les premières investigations porteront sur l'environnement du jeune homme, "des premiers éléments évoquant un mal-être personnel important". Les traces visibles sur le corps de l'adolescent semblent écarter une éventuelle "lutte", elles seraient davantage "compatibles avec un geste volontaire".

Selon le procureur de la République Alexandre de Bosschère, le parquet d’Amiens devrait s’exprimer sur l'affaire ce vendredi après-midi.

Les enquêteurs de la gendarmerie privilégient la piste d'un geste volontaire.

Commentaires

-