Soupçons de corruption dans le football professionnel français

Coup de filet

Soupçons de corruption dans le football professionnel français

Publié le :

Mardi 18 Novembre 2014 - 11:05

Mise à jour :

Mardi 18 Novembre 2014 - 12:59
Une vague d'arrestation a eu lieu ce mardi matin dans le milieu du football professionnel français. Des présidents de clubs et des entraîneurs de Ligue-2 sont notamment visés.
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Des entraîneurs et présidents de clubs de Ligue-2 de football ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête pour "corruption active et passive dans le cadre de manifestations sportives". Selon les informations publiées ce mardi matin par le site internet du Point, les enquêteurs du Service central des courses et jeux (SCCJ) sont en cours de perquisition aux domiciles d’une dizaine de personnes, soupçonnées d’avoir truqué et tenté de truquer plusieurs rencontres de football entre équipes de Ligue 2 au cours de la saison 2013-2014.

Parmi les personnalités footballistiques placées en garde à vue ce mardi, on retrouve les présidents des clubs du Stade Malherbe de Caen, Jean-François Fortin, et du Nîmes Olympiques, Jean-Marc Conrad. Selon les informations du quotidien sportif L'Equipe, l'entraîneur du club de Dijon, Olivier Dall'Oglio, a également été appréhendé par les policiers.

C'est une autre affaire qui aurait alerté les enquêteurs sur ces soupçons de corruption. Serge Kasparian, 59 ans, ancien actionnaire du Nîmes Olympique, a été mis en examen puis incarcéré en octobre dernier dans le cadre de l’enquête portant sur le cercle de jeu parisien, Le Cadet. Il est accusé "de blanchiment en bande organisée", "d'abus de confiance" et "de travail dissimulé".

Serge Kasparian est soupçonné d'avoir, avec Jean-Marc Conrad, d’avoir réussi à maintenir en Ligue 2, le club du Nîmes Olympique après avoir notamment obtenu la complicité du président du club de Caen, afin de faire match nul, au mois de mai dernier au stade Michel d'Ornano.

Un résultat qui a permis, à l’époque, au club normand d’assurer sa montée en Ligue 1 et à Nîmes d’éviter la relégation en championnat National. Des matchs contre les équipes de Dijon,  du CA Bastia et de Créteil sont également soupçonnés d'avoir été truqué en faveur du Nîmes Olympiques.

A noter également que selon une information d'iTélé, le président de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune et son prédécesseur à ce poste Jean-Claude Dassier sont en garde à vue en compagnie de Philippe Perez, le directeur général du club. Les trois hommes sont soupçonnés de pratiques illégales autour du transfert de l'attaquant André-Pierre Gignac. 

Une vague d'arrestation a touché mardi 18 le milieu du foot français.

Commentaires

-