Soupçons de maltraitances sur leur fille Laïa: Nehuda et Ricardo sortent du silence

Ils s'expriment pour la première fois

Soupçons de maltraitances sur leur fille Laïa: Nehuda et Ricardo sortent du silence

Publié le :

Vendredi 21 Juillet 2017 - 14:48

Mise à jour :

Vendredi 21 Juillet 2017 - 15:00
Soupçonnés de violences envers leur petite fille de quatre mois, Nehuda et Ricardo Pinto ont tenu à rétablir la vérité. Les deux amoureux, qui se sont rencontrés sur les plateaux de téléréalité, sont revenus sur les circonstances du drame dans une interview accordée au magazine "Public", à paraître ce vendredi.
©Capture d'écran Instagram
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Après plusieurs semaines de déferlement médiatique suite à des soupçons de violences sur Laïa, leur petite fille de quatre mois, Nehuda et Ricardo Pinto sont sortis du silence. Dans une interview accordée au magazine Public, à paraître ce vendredi 17, les deux amoureux ont tenu à rétablir la vérité, racontant en détail la fameuse nuit où tout a basculé.

"On descendait de Paris dans le Sud; on s'est arrêtés sur une aire de repos en fin de journée et je tenais Laïa dans mes bras quand j'ai demandé à Ricardo mon téléphone. Il me l'a lancé et le téléphone a atterri sur le visage de notre fille. On n'était pas du tout en train de se disputer, c'étais un geste anodin, pas réfléchi, c'étais sans faire exprès", a déclaré la jeune maman précisant avoir pris peur lorsque sa fille s'est mise à pleurer.

La petite avait alors rapidement été transférée à l'hôpital, là où elle s'était vue prescrire 45 jours d'ITT. "Ricardo a beaucoup pleuré, il s'en voulait tellement. Sur le moment, je ne pensais qu'à une chose: la prise en charge de Laïa", a-t-elle ajouté réaffirmant catégoriquement qu'aucun d'eux n'avait porté la main sur Laïa: "Nous ne l'avons jamais battue. Et si quelqu'un, même si c'est l'homme que j'aime, avait levé la main sur ma fille, il n'en serait pas sorti vivant, je vous le garantis!".

Mais si Nehuda a pu récupérer sa fille, Ricardo, lui est toujours sous le coup d'une mise en examen pour "violences volontaires sur mineur de 15 ans". En effet, pour le moment, il ne peut la voir uniquement en présence d'un médiateur. Malgré tout, l'homme s'est  dit "confiant" pour la suite: "Le juge n’avait pas encore les rapports d’expertise montrant que ce n’était qu’un acci­dent", a-t-il déclaré précisant attendre le "non-lieu".

Quant à leur petite fille, elle se porterait "beaucoup mieux".  Désormais, les deux parents souhaitent une seule chose: tourner cette page sombre pour en commencer une nouvelle, notamment grâce au soutien de psychothérapeutes. "On ne pense qu'à consolider notre famille. (...) On veut partir loin en vacances tous les trois et se retrouver comme avant", ont-ils conclu.

"Nous ne l'avons jamais battue", a affirmé Nehuda.

Commentaires

-