Strasbourg: des restes humains de la collection de l'horreur d'August Hirt, un médecin nazi, découvert à la fac

Strasbourg: des restes humains de la collection de l'horreur d'August Hirt, un médecin nazi, découvert à la fac

Publié le :

Mardi 11 Juillet 2017 - 12:36

Mise à jour :

Mardi 11 Juillet 2017 - 12:52
© OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'université de Strasbourg a annoncé lundi qu'une commission d'enquête avait mis la main sur du matériel ayant appartenu à August Hirt, un médecin nazi ayant sévi dans la ville alsacienne lors de la Seconde Guerre mondiale. Des restes humains appartenant à des juifs gazés ont été découverts confirmant les expériences atroces qui se sont sans doute produites derrière les murs.

La trouvaille, glaçante, rappelle les horreurs que la faculté de Strasbourg a abrité pendant la Seconde Guerre mondiale. L'université a annoncé lundi 10 que des boîtes ayant appartenu à August Hirt, un médecin nazi exerçant à Strasbourg lors de l'annexion de l'Alsace, ont été découvertes dans les locaux de la fac.

A l'intérieur de celles-ci (il y en avait une vingtaine), des "préparations anatomiques" (autrement dit des restes humains) et pas moins de 160 thèses de médecine restées jusque-là inconnues. Autant de témoignages des atrocités qui se sont perpétrées dans l'enceinte de la fac entre 1941 et 1944, période lors de laquelle August Hirt était présent.

D'après l'état des connaissances historiques, 86 juifs gazés au camp de Struthof ont été disséqués dans les locaux de la fac par une équipe de chercheurs venue remplacer les enseignants et les étudiants de l'université de Strasbourg qui se sont réfugiés pour la plupart à Clermont-Ferrand.

Une commission historique indépendante présidée par deux professeurs de Berlin et d'Oxford (Royaume-Uni) doit encore certifier ces découvertes et s'assurer que l'ensemble des objets découverts datent bien de la période. Certains prélèvements seraient plus anciens et remonteraient en effet à 1931.

La commission s'est penchée sur le cas de Strasbourg suite à la publication en 2015 d'un livre de l'animateur Michel Cymes Hippocrate aux enfers où il affirmait dans cet ouvrage qu’il restait des victimes juives dans les locaux de l’université.

August Hirt est resté tristement célèbre dans l'histoire médicale pour sa collection de squelettes qu'il a souhaité constituer via les camps d'extermination où des victimes étaient sélectionnés pour leurs caractéristiques physiques particulières présumées. Ayant dû fuir de Strasbourg où une partie de sa famille a été tuée lors d'un bombardement allié en 1944, August Hirt s'est suicidé en Allemagne en 1945.

August Hirt souhaitait notamment se constituer une collection de squelettes (illustration).


Commentaires

-