Le string d'une victime de viol utilisé comme preuve du consentement

Le string d'une victime de viol utilisé comme preuve du consentement

Publié le :

Mardi 13 Novembre 2018 - 12:33

Mise à jour :

Mardi 13 Novembre 2018 - 12:40
©Activedia/Pixabay
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Une adolescente de 17 ans a vu l'homme qu'elle accusait être acquitté la semaine dernière lors de son procès pour viol, en Irlande. L'avocate de la défense a utilisé le string que portait de la victime comme preuve du consentement.

Un homme de 27 ans, accusé de viol par une adolescente de 17 ans, a été acquitté lors de son procès dont le verdict a été prononcé la semaine dernière à Cork en Irlande.

Cette décision de justice a provoqué un scandale dans le pays car l'avocate du mis en cause, Elizabeth O’Connell, a utilisé les sous-vêtements sexy de la plaignante comme preuve de son consentement.

Lors de sa dernière prise de parole devant les jurés, elle a en effet demandé à ce que sa tenue soit prise en considération dans leur délibération.

Lire aussi: elle est violée dans un avion, la compagnie reconnaît une "nuisance"

"Est-ce que cet élément ne montre pas la possibilité qu'elle était attirée par l'accusé, qu'elle était ouverte à ce type de rencontres et prête à être avec quelqu'un? Vous devez prêter attention à la façon dont elle était habillée (la nuit des faits). Elle portait une string avec un petit nœud devant", a ainsi énoncé l'avocate, selon les propos rapportées par The Irish Examiner.

Le violeur présumé a lui toujours nié l'agression sexuelle mais reconnu avoir couché avec sa prétendue victime.

Le lendemain des faits, la jeune femme est d'ailleurs allée le confronter avant de porter plainte. "Tu m'as violée", lui a-t-elle dit. "Mais non on a juste baisé", lui a-t-il répondu.

Lors du procès, les deux parties ont confronté leurs versions de la sorte: l'un reconnaissant le rapport sexuel consenti, l'autre répétant maintes et maintes fois avoir refusé.

Le procureur général a demandé au jury, avant qu'il ne s'isole pour délibérer, de trancher sur la question du consentement: "Si vous êtes persuadés qu'elle n'était pas consentante et qu'il savait qu'elle ne l'était pas, alors vous déclarerez l'accusé coupable".

Unanimement, les membres du jury ont donc acquitté l'homme de 27 ans. On ne sait pas en revanche si les propos de l'avocate sur la tenue de la plaignante ont influencé le jury, ou si les jurés ont jugé pour d'autres motifs que l'absence de consentement n'était pas assez évidente.

Quoi qu'il en soit, les propos d'Elizabeth O’Connell ont choqué les Irlandais et provoqué un scandale sur les réseaux sociaux.

 

Les associations de défense des victimes de viol sont venues en aide à la jeune femme et un hashtag #ThisIsNotConsent a été créé. Le but étant d'ajouter à chaque tweet une photo de string ou de dessous sexy pour signaler qu'ils ne suffisent pas à acter le consentement d'une femme à un rapport sexuel.

Et aussi:

Une fillette handicapée violée à mort par deux hommes

Viol d'un bébé de 12 jours: le suspect de 25 ans reste en détention

La justice condamne un zoophile pour le viol d'une chèvre enceinte

L'avocate d'un homme accusé de viol a utilisé le string de la victime présumée comme preuve de son consentement.


Commentaires

-