Suicide sur les voies: des dizaines de morts chaque année en Ile-de-France

Suicide sur les voies: des dizaines de morts chaque année en Ile-de-France

Publié le :

Jeudi 14 Février 2019 - 15:16

Mise à jour :

Jeudi 14 Février 2019 - 15:24
© Ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un adolescent de 15 ans est mort ce jeudi percuté par un train sur la ligne 13 du métro parisien. Il se serait jeté sur les rails. Chaque année sur les chemins de fer franciliens une personne meurt tous les quatre jours. Il s'agit majoritairement de suicides.

"Accident grave de personne", ou "accident grave de voyageur". La formule entendue via les haut-parleurs de la SNCF ou de la RATP est édulcorée. Dans la majorité des cas, elle signifie qu'une personne est morte, souvent un suicide.

Elle a été une nouvelle fois utilisée ce jeudi matin, concernant la ligne 13 du métro. Selon les premiers éléments recueillis, un adolescent de 15 ans s'est jeté sur les rails vers 8h25 à la station Les Agnettes, à l'approche d'une rame. Il est décédé.

Un drame qui est donc malheureusement loin d'être un cas isolé en Ile-de-France, où le métro, le RER, les trams et autres Transilien représentent une concentration de lignes ferroviaires unique en France. Les chiffres peuvent varier significativement d'une année sur l'autre, mais en moyenne, une personne meurt percutée par un train tous les quatre jours dans la région, soit environ une centaine de victimes. Dans les trois quarts des cas il s'agit d'un suicide.

Voir: Ligne 13 - un adolescent de 15 ans se suicide sur les voies métro Les Agnettes

Certains conducteurs passeront toute une vie sans être confrontés à une telle situation, mais d'autres par un tragique hasard la vie le vivront à plusieurs reprises. Ils bénéficient alors d'une prise en charge psychologique. Depuis 1997, un numéro vert a été mis en place par la SNCF et est disponible 7 jours sur 7 et 24h sur 24. A la RATP, dès que l'incident survient, un agent d'encadrement est envoyé sur place pour aider le conducteur dans les démarches inhérentes à cette situation et l'orienter vers un psychologue.

Les points les plus dangereux sont logiquement les plus faciles d'accès à une personne extérieure au service, notamment les quais. Dans cette logique, la généralisation des portes palières, déjà présentes sur certaines lignes de métro, est envisagée y compris sur les lignes de RER. Des travaux sont actuellement en cours sur la ligne 4.

La gestion de ces drames est également un défi logistique. En effet, le décès d'une personne nécessite bien sûr l'intervention des secours, mais aussi de la police judiciaire qui doit procéder aux constatations d'usage ou interroger des témoins. Les société de transport ne maîtrise pas tout et les arrêt du trafic peuvent se poursuivre de longues heures selon les situations. Ce sont en moyenne 20.000 ou 30.000 voyageurs qui sont plus ou moins sévèrement impactés dans ces situations.

La RATP table sur 1h30 d'attente dans le meilleur des cas. Mais par exemple ce jeudi, il a fallu quatre heures pour que la circulation reprenne normalement sur la ligne 13.

Lire aussi:

"Trainsurfing": un adolescent entre la vie et la mort après être monté sur un métro

Suicide dans le métro parisien: une femme décapitée sur les rails à la station Plaisance

Une personne meurt tous les quatre jours percutée par un train en Ile-de-France.


Commentaires

-