Tarn: un malfaiteur retrouvé mort au milieu de restes humains

Tarn: un malfaiteur retrouvé mort au milieu de restes humains

Publié le :

Vendredi 27 Janvier 2017 - 10:56

Mise à jour :

Vendredi 27 Janvier 2017 - 11:12
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alerté par un voisin, la police a découvert mercredi le corps d'un ancien criminel, dans une maison de Saint-Benoît de Carmaux. Dans son jardin, ils ont également trouvé des restes humains, baignant dans de l'acide.

Discret, décrit comme "taciturne" par ses connaissances, Yves Costamagno -une ancienne figure du grand banditisme- a été retrouvé mort mercredi 25, à son domicile de Saint-Benoît de Carmaux dans le Tarn. Cet individu de 70 ans a été condamné par le passé pour homicide et était sous surveillance policière depuis sa libération. Une enquête a été confiée au SRPJ de Toulouse.

C'est un marginal, auquel le malfaiteur a prêté un bout de terrain en échange de petits services, qui a alerté les autorités, inquiet de ne pas le voir depuis trois jours. Les enquêteurs, accompagné du procureur d'Albi, et la police scientifique se sont rapidement rendus sur place et ont trouvé  le corps de celui que l'on surnommait "Le Marseillais". Mais dans son jardin, ils ont fait une découverte encore plus macabre. Guidés par une odeur nauséabonde, les enquêteurs en blouse blanche sont tombés sur un grand fût d'acide, dans lequel il y avait des restes humains et des vêtements.

Si l'analyse de ces restes, qui étaient entourés de matière grasse, n'a pas encore donné de résultats, la police judiciaire a déjà une idée de qui était dans ce bidon. Il s'agirait d'une autre figure de grand banditisme, disparu des radars à Marseille en juin 2016, d'après France 3 Midi-Pyrénées. La surveillance d'Yves Costamagno avait d'ailleurs été commandée car il était déjà soupçonné d'avoir un lien avec cette disparition.

Selon les premières constatations du médecin légiste, le malfrat de 70 ans aurait succombé à une hémorragie cérébrale. Une autopsie doit tout de même précisé les causes exactes de son décès.

 

La police judiciaire soupçonnait déjà Yves Costamagno d'être en lien avec la disparition d'un autre malfrat, disparu depuis plusieurs mois.


Commentaires

-