Tombes profanées en Meurthe-et-Moselle: 3 mineurs interpellés

Tombes profanées en Meurthe-et-Moselle: 3 mineurs interpellés

Publié le :

Mardi 04 Août 2015 - 12:50

Mise à jour :

Mardi 04 Août 2015 - 13:09
©Pol Emile/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Les forces de l'ordre ont interpellé ce mardi matin trois mineurs soupçonnés d'avoir dégradé une quarantaine de tombes chrétiennes dans le cimetière de Labry, en Meurthe-et-Moselle. Respectivement âgés de 12, 14 et 15 ans, les adolescents auraient agi par "motivations gothiques".

L'enquête n'aura pas traîné. Après avoir découvert lundi 3 au soir une quarantaine de tombes chrétiennes dégradées dans le cimetière de Labry (Meurthe-et-Moselle), les policiers ont interpellé ce mardi matin trois mineurs qu'ils soupçonnent d'être à l'origine de l'incident.

Selon le procureur de la République, il s'agit de deux garçons de 14 et 15 ans et d'une fille de 12 ans, tous les trois originaires de la région. Agissant par "motivations gothiques", les adolescents auraient reconnu les faits lors de leur audition et vont désormais être présentés à un juge pour enfants. D'après les enquêteurs, la jeune fille, qui ne serait pas entrée dans le cimetière, a simplement été entendue, tandis que les deux garçons ont été placés en garde à vue. Ils devraient être poursuivis pour "profanation" et risquent jusqu'à six mois de prison.

Dans le même temps, plusieurs dizaine d'habitants de Labry choqués se sont rendus dans le cimetière pour vérifier si les sépultures de leurs proches avaient été dégradées. Ne brisant "que" quatre ornements funéraires, les coupables ont surtout déplacé des objets, notamment des crucifix, qu'ils ont retournés la tête en bas, a indiqué le procureur de Briey, Yves Le Clair, précisant que le cimetière militaire jouxtant le cimetière civil n'avait subi aucune dégradation.  

Les faits ont été constatés dimanche 2 par des familles qui ont prévenu la municipalité le lendemain, a expliqué Denis René, adjoint au maire de Labry, commune de 1.700 habitants située à une trentaine de kilomètres de Metz. Le maire Luc Ritz a alors contacté les forces de l'ordre qui se sont rendues sur place pour constater les dégâts.

"Ce lundi après-midi, les policiers de Conflans-en-Jarnisy ont constaté la profanation d'une quarantaine de tombes chrétiennes dans le cimetière de la commune de Labry", a ensuite annoncé le ministère de l'Intérieur ce mardi matin, précisant qu'"il s'agit de la cinquième profanation de cimetière dans le département depuis le début de l'année". "Ces actes inacceptables appellent une réponse pénale ferme. Les enquêtes devront permettre d'en poursuivre les coupables", a ajouté le ministre, Bernard Cazeneuve.

Sur Twitter, le Premier ministre Manuel Valls a quant à lui fait part de son "indignation face à la profanation de tombes chrétiennes en Meurthe-et-Moselle". "Ces actes devront être sanctionnés durement", a-t-il écrit.

"Labry est un village calme où il fait bon vivre mais force est de constater que là, ce n'est pas joli de voir ça. Le cimetière compte 200 tombes, c'est donc un bon quart qui a été touché et qui a fait l'objet de vandalisme. C'est toujours choquant de voir ce genre de dégradations sur des pierres tombales", a de son côté témoigné Luc Ritz. "Une passion gothique exprimerait le positionnement des crucifix", a-t-il ensuite ajouté, après avoir entendu les déclarations des enquêteurs. "Apparemment l'un d'entre eux (des jeunes gens interpellés, NDLR) était connu pour son attitude gothique et suivi pour son comportement".

Enfin, pour l'Eglise catholique, si cette profanation est "l'affaire de potaches, ce sera l'occasion de donner le sens de la vie de l'autre, des évènements et des personnes (...). On respecte un cimetière comme on se respecte soi-même", a commenté Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy et Toul sur le portail internet de l'Eglise catholique de France.

 

 

La police a interpellé trois mineurs soupçonnés d'avoir profané le cimetière de Labry, en Meurthe-et-Moselle.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-