Tortures, viols et sadisme sur personne vulnérable: 7 accusés devant les juges

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 21 janvier 2019 - 13:43
Image
Une balance de la justice
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP
Sept personnes sont dans le box des accusés répondant des tortures et des viols.
© LOIC VENANCE / AFP
En 2015, une jeune femme de 21 ans vivant dans un foyer à Verdun devenait la cible des tortures sadiques et sexuelles d'un groupe qui cherchait aussi à lui extorquer de l'argent. Sept personnes comparaissent devant une cour d'assises à partir de ce lundi.

Elle pensait avoir trouvé des amis dans cette ville qu'elle ne connaissait pas. Elle venait en fait de rencontrer ses tortionnaires qui allaient lui faire vivre l'horreur. Sept personnes comparaissent à partir de ce lundi 21 devant la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle à Nancy. Ils sont soupçonnés d'avoir torturé de manière sadique Cassandra, 21 ans, qui venait d'arriver en ville et habitait dans un foyer de jeunes travailleurs.

Les faits remontent à 2015. La victime, suivie par les services sociaux depuis son enfance débarque à Verdun et se sent seule dans ce nouvel environnement. Elle retrouve alors un camarade de classe qui lui présente un couple de filles habitant dans le centre de la commune. Mais rapidement, et pour une raison que le procès devra clairement établir, ceux qui devaient être au début des amis se sont transformés en tortionnaires.

Et la liste des sévices est terrifiante: des coups, des viols, des objets introduits dans les parties génitales ou l'ingestion forcée de nourriture pour chat. La malheureuse est même forcée de se jeter habillée dans les eaux glacées de la Meuse.

Lire aussi - Verdun: une jeune femme torturée et violée pendant des semaines

Le calvaire s'achèvera le jour où ses bourreaux, qui ne travaillaient pas et qui ont voulu extorquer de l'argent du compte de la malheureuse, ont exigé qu'elle aille chercher sa carte bancaire auprès de son assistante sociale. Cassandra s'est présentée le crâne rasé et le visage tuméfié devant la travailleuse sociale ce qui a immédiatement déclenché l'alerte auprès des autorités.

L'enquête entraînera l'arrestation des sept suspects, trois hommes et quatre femmes et les trois semaines de procès devront permettre de démêler les responsabilités des uns et des autres. Les faits les plus graves pourraient valoir la prison à perpétuité à leurs auteurs.

Voir aussi:

Biberons d'alcool ou d'urine et simulacre de noyade: la justice belge hésite entre maltraitance et torture

Un petit garçon torturé à mort par sa mère qui le pensait homosexuel

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.