Toulouse: guérilla urbaine entre la police et des jeunes à la Reynerie

Onze voitures brûlées

Toulouse: guérilla urbaine entre la police et des jeunes à la Reynerie

Publié le :

Lundi 16 Avril 2018 - 10:27

Mise à jour :

Lundi 16 Avril 2018 - 10:36
Des violents affrontements ont opposé des jeunes aux forces de l'ordre dans la nuit de dimanche à ce lundi dans la quartier de la Reynerie à Toulouse. La mort d'un détenu à la maison d'arrêt de Seysses serait à l'origine de ces événements.
© DENIS CHARLET / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le décès d'un détenu à la maison d’arrêt de Seysses, près de Toulouse, dans la nuit de samedi 14 à dimanche 15, aurait mis le feu aux poudres. Des violents affrontements ont opposé dans la nuit de dimanche à ce lundi ont opposé les forces de l'ordre à des jeunes dans le quartier de la Reynerie à Toulouse.Les violences ont débuté vers 20h avec des jets de projectiles. Onze voitures ont été brûlées et des feux ont été allumés sur la chaussée. Les pompiers ont peiné à accéder au quartier qui avait été bouclé. Un important déploiement de policiers a été mis en place par la police toulousaine qui a été appuyée par un hélicoptère et le renfort d'une compagnie de CRS.Les émeutiers ont tenté de s'en prendre à des bâtiments publics qui ont dû être protégés par les forces de l'ordre. Le commissariat du Mirail, à quelques centaines de mètres de la Reynerie, a été pris pour cible dans la soirée au cocktail Molotov et des voitures sérigraphiées ont été dégradées.

Lire aussi - Toulouse: un homme tué par balles dans le quartier de la Reynerie

Près de 300 grenades lacrymogènes ont été tirées pendant cette soirée rapporte la Dépêche du Midi. "Les affrontements ont été extrêmement violents. Les collègues ont été très choqués. Les événements ont été très compliqués à gérer mais ils ont fait preuve de beaucoup de sang-froid", a indiqué Didier Martinez du syndicat de gardiens de la paix SGP-FO.Dans la nuit de samedi à dimanche, un homme d’une trentaine d’années, originaire de La Reynerie, est décédé à la maison d’arrêt de Seysses. Sans que l’on en sache encore les circonstances, c’est son décès qui aurait déclenché la colère des jeunes du quartier.Malgré une nuit entière d'affrontements, les forces de l'ordre n'ont procédé à aucune interpellation. Le calme est revenu au petit matin.

Des violences ont opposé jeunes et forces de l'ordre dans le quartier toulousain de la Reynerie.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-