Kidnapping du petit Tizio: le père du bébé assume ses actes et assure avoir "pris soin de lui"

Kidnapping du petit Tizio: le père du bébé assume ses actes et assure avoir "pris soin de lui"

Publié le :

Mercredi 17 Janvier 2018 - 08:06

Mise à jour :

Mercredi 17 Janvier 2018 - 08:07
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le petit Tizio, 2 mois, a été kidnappé le 5 janvier par son père, qui l'a extrait de l'hôpital Purpan de Toulouse où il était soigné pour son handicap. Ce dernier, qui a depuis été mis en examen pour "soustraction de mineur", a évoqué un "geste d'amour". Mais reconnaît que ce n'était peut-être pas "la meilleure des solutions".

Le vendredi 5 janvier dernier, une alerte enlèvement a été émise suite à la disparition du petit Tizio, 2 mois, admis à l'hôpital Purpan de Toulouse à cause d'une grave pathologie et de son besoin constant de soins médicaux.

C'est le père du bébé qui l'avait kidnappé. Il a été retrouvé avec l'enfant, dont l'état de santé était resté stable, 24 heures après dans la maison familiale de Belcaire dans l'Aude. Le père kidnappeur a été placé en garde à vue, mis en examen pour "soustraction de mineur" et "privation de soins". Il a ensuite été libéré sous contrôle judiciaire mais a le droit de voir son fils en présence d'un tiers.

Voir aussi: la maman de Tizio prend la défense du père kidnappeur

Près de deux semaines après le fait, cet homme, qui se prénomme Brendan, a justifié son geste, qu'il qualifie de "geste d'amour", dans un entretien accordé au quotidien Le Parisien.

"Tizio était en souffrance ce jour-là. Il pleurait, hurlait, il n’avait pas mangé. Il souffrait pour rien. (…) A midi, j’ai pris la décision de partir avec lui", a-t-il ainsi commencé par expliquer.

"Je me suis dit qu’il serait bien mieux auprès de moi qu’à l’hôpital. J’avais faussement cette impression que l’hôpital n’était pas le meilleur endroit pour lui. Cela faisait deux mois qu’il y séjournait. Mais quand on est parti tous les deux, j’ai toujours pris soin de lui. Il est mon fils. Nous avons un lien fusionnel. C’était un pur geste d’amour", a-t-il aussi déclaré.

S'il a assumé, et assuré que sa présence a fait du bien à son fils, il a aussi concédé que "ce n'était sans doute pas la meilleure des solutions".

"J’ai envie d’assumer. Quand je l’ai pris, c’était une véritable pulsion paternelle. Mon but était de le protéger et de l’aider au mieux". Une pulsion paternelle qui peut aussi s'expliquer par la peur de perdre son fils. Il y a un an, les parents du petit Tizio ont déjà traversé la douloureuse épreuve de perdre un enfant.

Brendan, le père du petit Tizio, qui a enlevé son fils de l'hôpital Purpan à Toulouse où il était soigné pour son handicap, assume ses actes.


Commentaires

-