Toulouse: il s'accuse d'un meurtre imaginaire pour passer l'hiver à l'abri en prison

Toulouse: il s'accuse d'un meurtre imaginaire pour passer l'hiver à l'abri en prison

Publié le :

Lundi 04 Décembre 2017 - 12:52

Mise à jour :

Lundi 04 Décembre 2017 - 12:58
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme âgé de 35 ans s'est accusé d'un meurtre imaginaire face à des gendarmes à Cugnaux, près de Toulouse, dans la nuit de vendredi à samedi. Il espérait passer l'hiver au chaud en prison.

"J'ai tué quelqu'un", avait-il dit alors qu'il est venu à la rencontre des gendarmes dans la nuit de vendredi 1er décembre à samedi 2. Un homme de 35 ans originaire de Cugnaux, près de Toulouse, s'est accusé d'un meurtre qui n'a en fait jamais eu lieu.

Ce soir là, les militaires de la compagnie Toulouse-Mirail ont été appelés par un inconnu qui leur a expliqué avoir entendu une détonation dans le quartier du Vivier à Cugnaux, au sud de Toulouse. L'inconnu précisait alors qu'il avait vu un individu tirer sur un groupe de jeunes et que l'un d'entre eux était blessé.

Arrivés sur place, les gendarmes ont fait la connaissance d'un homme âgé de 35 ans. Venu à leur rencontre, il leur a expliqué qu'il venait de commettre un meurtre. Cependant, le suspect n'a pas donné beaucoup plus de détails et a même refusé de dévoiler où se trouvaient le cadavre et l'arme du crime.

A voir aussi: Villeneuve-Tolosane: un marginal handicapé se lève de son fauteuil roulant et court après un ami une hache à la main

Les gendarmes ont alors pris les aveux de l'homme très au sérieux et tout a été mis en œuvre pour retrouver la mystérieuse victime. Mais après une fouille du quartier et des hôpitaux voisins, toujours aucune trace d'un quelconque blessé par balle ni de cadavre, selon La Dépêche du Midi.

Les forces de l'ordre ont alors entrepris d'interroger le suspect qui s'était lui même dénoncé. Placé en garde à vue, il a dû répondre aux questions des militaires avant de finalement avouer que toute son histoire était un mensonge. Il espérait en fait pouvoir passer l'hiver au chaud en prison, au vu des températures glaciales qui se sont abattues sur la France la semaine passée.

Il a donc été libéré, bien qu'il ait été placé sous contrôle judiciaire, et devra se présenter à son procès au mois de mars prochain. En attendant, l'homme connu pour être psychologiquement instable sera obligé de se soigner.

L'homme qui s'est accusé de meurtre voulait "juste" passer l'hiver au chaud en prison.


Commentaires

-