Toulouse: ils braquent un auto-stoppeur et l'abandonnent 300km plus loin

Toulouse: ils braquent un auto-stoppeur et l'abandonnent 300km plus loin

Publié le :

Samedi 23 Juin 2018 - 18:00

Mise à jour :

Samedi 23 Juin 2018 - 18:01
Deux jeunes hommes ont été placés en garde à vue à Avignon vendredi. Ils sont soupçonnés d'avoir séquestré un auto-stoppeur entre Toulouse, où ils ont croisé sa route, et Avignon et de l'avoir dépouillé.
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Deux jeunes hommes âgés d'une vingtaine d'années ont été placés en garde à vue vendredi 22 à Avignon. Dans la nuit de jeudi 21 à vendredi, les policiers les soupçonnent… d'avoir séquestré et dépouillé un auto-stoppeur.

Ils auraient croisé la route de la victime à Toulouse en fin de soirée alors que ce dernier tentait de regagner sa voiture qu'il avait garée à l'extérieur de la ville.

Selon Le Dauphiné Libéré, les deux malfrats ont menacé l'auto-stoppeur, un étudiant breton venu passer la fête de la musique dans la Ville rose, avec une arme de poing pour lui subtiliser sa carte bancaire.

A voir aussi: Drôme - un homme s'accuse du meurtre d'une auto-stoppeuse

Avec celle-ci, ils ont d'ailleurs retiré pas moins de 350 euros. Avec cette somme ils ont financé leur retour à Avignon et ont acheté de quoi se nourrir. Le téléphone portable de l'auto-stoppeur a aussi été volé à ce moment.

Mais la victime a elle aussi participé au long trajet entre Toulouse et Avignon: soit plus de 300 kilomètres séquestré avec ses voleurs.

Les deux malfrats l'ont finalement relâché une fois arrivés dans la Cité des papes, face à la gare Centre de la ville et après avoir forcé le passage au péage de Remoulins.

L'auto-stoppeur s'est alors immédiatement rendu au commissariat pour porter plainte contre ses deux covoitureurs forcés. Grâce au signalement qu'il a donné aux forces de l'ordre, les deux jeunes gens ont pu être rapidement arrêtés et placés en garde à vue.

L'auto-stoppeur a voyagé avec ses voleurs durant plus de 300 kilomètres.


Commentaires

-