Toulouse: un journaliste gravement blessé et son épouse tuée dans une fusillade

Toulouse: un journaliste gravement blessé et son épouse tuée dans une fusillade

Publié le :

Vendredi 30 Mars 2018 - 14:34

Mise à jour :

Vendredi 30 Mars 2018 - 14:48
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un journaliste d'Azerbaïdjan en exil a été pris pour cible dans une fusillade ce vendredi près de Toulouse. Il est grièvement blessé et son épouse a été tuée d'une balle dans la tête.

Un journaliste azéri en exil et sa femme ont été la cible d'une fusillade ce vendredi 30 à Colomiers, près de Toulouse, alors qu'ils circulaient dans leur véhicule. La femme est décédée et le journaliste se trouve grièvement blessé.

Les faits ont eu lieu peu avant 9h. Un homme serait descendu de son véhicule et aurait pris pour cible la voiture de Rahim Namazov, tirant à sept reprises dans l'habitacle avec un gros calibre. Son épouse est morte, tuée d'une balle dans la tête, lui est hospitalisé dans un état grave, touché au dos. Son pronostic vital est engagé. Les enfants du couple ne se trouvaient pas dans la voiture au moment des faits.

Le tireur a pris la fuite après son terrible forfait et est actuellement activement recherché par les forces de l'ordre. Une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire de Toulouse. La piste de l’assassinat politique ne serait pas écartée par les enquêteurs.

Lire aussi - Toulouse: un homme grièvement blessé par balle, un règlement de comptes supposé

Rahim Namazov, originaire d'Azerbaïdjan, s'était exilé en France en 2010, où il bénéficiait de l'asile politique, avec son épouse et leurs deux enfants. Il avait fait plusieurs séjours en prison, au cours desquels il avait été passé à tabac, dans son pays natal pour avoir critiqué le pouvoir autoritaire du président Ilham Aliyev, qui a succédé à son père en 2003.

Le journaliste avait reçu de nombreuses menaces de mort. "Dans mon journal, j’ai écrit qu’il fallait s’attendre, une nouvelle fois, à des élections truquées et illégales. J’ai donc donné les résultats à l’avance. C’est pour cela que j’ai été arrêté trois fois, emprisonné, 10 jours de suite à chaque fois. La dernière fois, on m’a passé à tabac. On m’a cassé une dent. Ils m’ont prévenu: «Après les élections, tu vas mourir et ta famille aussi. Parce que tu nous gênes. Après ces menaces, j’ai décidé de m’enfuir»", avait-il expliqué en 2010.

"C’est un véritable drame qui s'est joué ce matin dans ma commune, et qui a porté un coup fatal à une épouse, mère de famille, et grièvement blessé son mari, des réfugiés politiques accueillis en France en 2010", a déclaré Karine Michelet-Traval, la maire de Colomiers, au Dauphiné Libéré. Et d'ajouter: "C’est la profession de journaliste du père de famille qui a été visée, la liberté de la presse attaquée".

L’homme visé par les tirs est un journaliste exilé depuis plusieurs années. Sa femme a été tuée dans la fusillade.

Commentaires

-