Toulouse: une femme atteinte d'un cancer obligée de retirer son couvre-chef par un vigile des Galeries Lafayette

Toulouse: une femme atteinte d'un cancer obligée de retirer son couvre-chef par un vigile des Galeries Lafayette

Publié le :

Jeudi 09 Février 2017 - 11:39

Mise à jour :

Jeudi 09 Février 2017 - 12:11
©Stephane de Sakutin/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Polémique aux Galeries Lafayette de Toulouse. Un vigile a refusé l'entrée du magasin à une femme atteinte d'un cancer au motif que celle-ci portait un couvre-chef et qu'elle ne souhaitait pas rester tête nue. Sa fille a exprimé sa colère sur Facebook.

"Maman tu voulais juste faire plaisir, en t'achetant une broche pour mettre à ton bonnet pour avoir l'air plus joyeuse, mais au lieu de ça tu es partie de cette enseigne effondré, humilié. Le petit chien de garde de la galerie Lafayette n'a pas souhaité que tu rentres car tu avais un couvre chef". C'est avec ces mots que la fille d'une femme qui s'est vue refuser l'accès aux Galeries Lafayette de Toulouse a partagé sa colère sur les réseaux sociaux.

Motif du refus notifié par un vigile de l'établissement: le porte d'un couvre chef pour couvrir la perte des cheveux d'une femme atteinte d'un cancer et soignée par chimiothérapie. Celle-ci s'est présentée devant le vigile qui lui a demandé de retirer son couvre-chef dans le cadre du plan Vigipirate. Elle s'est exécutée. Pour des raisons évidentes, elle a alors décidé de recouvrir son crâne en espérant que la personne en charge de la sécurité soit complaisante. En vain. 

Le message, partagé plus de 22.000 fois, est vite devenu viral sur les réseaux sociaux et le compte Facebook des Galeries Lafayette de Toulouse a été submergé de condamnations exprimant la "honte" face à la "stupidité" du geste. 

Face à la bronca provoqué par l'incident, la direction des Galeries Lafayette a décidé d’entrer en contact avec la victime. Le directeur des Galeries de Toulouse, Didier Drahon, a présenté "ses excuses" et a "condamné des agissements choquants qui ne reflètent en rien les valeurs" de l’enseigne. Le responsable a indiqué qu’il allait rencontrer la cliente et sa fille, à une date qu’il n’a pas voulu préciser.

Face à la bronca provoqué par l'incident, la direction des Galeries Lafayette a décidé d’entrer en contact avec la victime.


Commentaires

-