Tour de France: après Edouard Philippe sans ceinture, gaz lacrymogène pour les coureurs (vidéo)

Tour de France: après Edouard Philippe sans ceinture, gaz lacrymogène pour les coureurs (vidéo)

Publié le :

Mardi 24 Juillet 2018 - 15:07

Mise à jour :

Mardi 24 Juillet 2018 - 15:17
L'étape du Tour de France de ce mardi a été légèrement perturbée par une manifestation d'agriculteurs. Les forces de l'ordre ont utilisé du gaz lacrymogène pour les disperser, touchant plusieurs coureurs au passage. La veille, c'est la photo d'Edouard Philippe sans ceinture de sécurité qui avait animé les polémiques extra-sportives.
©Marco Bertorello/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Les premiers coups de pédale de la 16e étape du Tour de France, ce mardi 24, ont davantage piqué les yeux que les jambes. Plusieurs coureurs ont en effet été involontairement gazés par les forces de l'ordre.

Les cyclistes ont été les victimes collatérales de brefs affrontements entre les gendarmes et des agriculteurs qui ont bloqué la course pour témoigner de leur mécontentement.

Alors que le peloton n'avait parcouru que 26 kilomètres depuis le départ de Carcassonne. Un groupe de manifestants l'a bloqué en disposant des bottes de paille sur la route. Ils souhaitaient profiter de la médiatisation de l'évènement pour se faire entendre sur la baisse de certaines aides.

Pour les disperser, les forces de l'ordre ont recouru au gaz lacrymogène. Mais le composé très volatile a également touché certains coureurs. Ils ont donc dû subir de rapides soins avant de pouvoir reprendre leur place.

Voir: Macron annule son déplacement mercredi sur l'étape du Tour de France

Quelques minutes après cet arrêt, la course a pu reprendre et un nouveau départ officiel a été donné. Les difficultés les plus importantes de l'étape n'étaient pas encore survenues mais quelques participants avaient déjà tenté de creuser l'écart lorsque la course a été interrompue, forçant le peloton à se regrouper.

Le Tour de France connaît régulièrement ce type d'incidents et de polémiques. Une première était apparue dimanche 22 concernant le Premier ministre. Edouard Philippe a en effet été aperçu ne portant pas sa ceinture de sécurité dans la voiture qui lui a permis de suivre l'étape de vendredi 20.

Un comble pour le chef du gouvernement très critiqué pour sa mesure phare de réduction de la vitesse à 80 km/h "pour sauver des vies".

Lire aussi:

Tour de France 2018: les sept étapes à ne pas louper

Plusieurs coureurs ont été aspergés de gaz lacrymogène lors de l'étape de ce mardi sur le Tour de France.


Commentaires

-