La Baule: la tentative de privatisation de la plage par Veolia irrite les commerçants, le maire propose un compromis

La Baule: la tentative de privatisation de la plage par Veolia irrite les commerçants, le maire propose un compromis

Publié le :

Jeudi 18 Mai 2017 - 11:04

Mise à jour :

Jeudi 18 Mai 2017 - 11:14
©OT la Baule
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'appel d'offres de Veolia pour l'exploitation des établissements professionnels de la plage de La Baule, sur la côte Atlantique, a été accueilli mardi comme une tentative de privatisation de la station balnéaire. Face à la gronde montante des habitants et travailleurs, le maire de la ville est venu proposer un compromis avec la mise en place d'une société d'économie mixte locale.

La Baule, 5,4 kilomètres de plage, des centaines de milliers de touristes chaque été, pour environ 16.000 habitants à l'année. Des habitants qui tiennent visiblement beaucoup à leur territoire et ne voient pas d'un très bon œil les tentatives de privatisation de cette longue bande de sable fin.

En avril, la société de gestions des eaux et des déchets Veolia avait lancé une procédure d'appel d'offres pour l'exploitation de 35 établissements de cette station balnéaire située sur la côte Atlantique. Ceci ayant été rendu possible après que la multinationale française ait obtenu en décembre 2016 la concession de la plage de La Baule pour les douze ans à venir.

Le maire LR de la ville, Yves Métaireau, avait refusé de s'en charger en 2014. Mais mercredi 17, il est revenu dans la partie après le tollé provoqué, auprès de ses administrés, par l'appel d'offres de Veolia. Il a ainsi proposé un compromis avec une société d'économie mixte locale (SEML). Compromis bien accueilli par Veolia.

Outre les habitants, ce sont surtout les professionnels, exploitant les restaurants de plage ou les clubs de voile notamment, qui s'inquiétaient de voir la redevance annuelle augmenter en même temps que la surface de leurs établissements.

L'édile, qui a reconnu l'inquiétude de ces personnes légitime, a donc tenu à les rassurer avec cette proposition de SEML, qui permettrait, selon lui, de "concourir aux dépenses de gestion, aux investissements et de limiter raisonnablement les hausses de redevances des exploitants, tout en recherchant l'équilibre économique et en réservant à Veolia une part d'activité dans laquelle elle souhaite s'investir".

n avril, la société de gestions des eaux et des déchets Veolia avait lancé une procédure d'appel d'offres pour l'exploitation de 35 établissements de cette station balnéaire de La Baule, située sur la Côte Atlantique.


Commentaires

-