Trafic de drogue: au CHU de Nantes, les dealers vendent directement aux patients

Trafic de drogue: au CHU de Nantes, les dealers vendent directement aux patients

Publié le :

Vendredi 29 Septembre 2017 - 07:25

Mise à jour :

Vendredi 29 Septembre 2017 - 07:27
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La CFDT du CHU de Nantes a dénoncé mercredi les trafics de drogue qui ont régulièrement lieu au sein de l'hôpital. Le syndicat demande notamment une présence policière renforcée afin de protéger le personnel et les patients.

A Nantes, les dealers se sont invités jusqu'à l'intérieur de l'hôpital Saint-Jacques et le personnel craint pour sa sécurité comme pour celle de ses patients. La CFDT dénonce en effet l'existence d'un trafic de drogue au sein même du CHU, où des hommes viendraient vendre des produits stupéfiants directement aux patients. Un commerce qui concernerait notamment les personnes souffrant d'addiction ou en soins psychiatriques.

La situation durerait depuis longtemps selon le syndicat, propos confirmés par la direction de l'hôpital. "Cela fait des années que cela dure et tout le monde se renvoie la balle. Cela commence à devenir très inquiétant. Ce n'est pas le rôle du personnel de faire la police", s'inquiète Dominique Delahay, membre de la CFDT au CHU de Nantes, cité par France Bleu.

"La sécurisation du site de l'hôpital Saint-Jacques représente un enjeu important pour le CHU de Nantes", juge la direction qui explique que son service de sécurité et les forces de l'ordre organisent des patrouilles et que certains patients au comportement inadapté ont été interdits de séjour au sein de l'établissement.

La CFDT réclame de son côté la sécurisation ou la fermeture des accès secondaires afin que les personnes extérieures à l'hôpital soient obligées de passer par l'entrée principale. Elle demande également une présence policière accrue et une formation du personnel à gérer les situations violentes. Un Comité d'hygiène et de sécurité des conditions de travail (CHSCT) s'est tenu dans ce sens mercredi 27. 

Les dealers cibleraient notamment les patients souffrant d'addiction ou de problèmes psychiatriques (illustration).

Commentaires

-