Justice tribale au Pakistan: un conseil de village ordonne le viol d'une fille car son frère en a violée une autre

Justice tribale au Pakistan: un conseil de village ordonne le viol d'une fille car son frère en a violée une autre

Publié le :

Jeudi 27 Juillet 2017 - 09:50

Mise à jour :

Jeudi 27 Juillet 2017 - 10:16
©Creative Commons/ Flickr: ResoluteSupportMedia
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quatorze membres d'un conseil de village ont été arrêtés au Pakistan, dans la périphérie de la ville de Multan, dans la province du Pendjab. Ils sont accusés d'avoir ordonné le viol d'une fille car son frère en a violée une autre.

Elle a été condamnée pour un acte de son frère. Au Pakistan, 14 membres d'un conseil de village, une jirga, ont été arrêtés par la police pakistanaise pour avoir ordonné à un homme de violer une jeune fille en punition d'un autre viol commis par son frère a rapporté la police mercredi 26.

C'est dans un village de la périphérie de Multan, dans la province de Pendjab, que les faits ont eu lieu. "Une jirga a ordonné le viol d’une jeune fille de 16 ans comme punition pour un viol commis par son frère sur une enfant de 12 ans", a indiqué Allah Baksh, un responsable de la police locale.

Selon les premiers éléments de l'enquête, un homme a saisi la jirga car sa sœur de 12 ans s'est faite violée par son cousin. Et la réponse de la justice populaire pakistanaise peut surprendre, les membres de l'assemblée tribale n'ont pas oublié la loi du Talion, "œil pour œil, dent pour dent". En effet, les membres du conseil ont décidé comme sentence que le frère de l'enfant de 12 ans devait violer à son tour la sœur de 16 ans de son cousin. "Le conseil lui a ordonné en retour de procéder au viol de la sœur de l’accusé, ce qu’il a fait", explique Alan Baksh.

Après la justice du conseil, les deux antagonistes ont finalement fait appel à la justice pakistanaise, "les deux parties ont porté plainte pour viol l’une contre l’autre au poste de police local après l’incident de la semaine dernière. Nous avons arrêté 14 personnes du conseil du village jusqu'ici", raconte Rashid Taheem, le policier en charge de l'enquête. Et d'ajouter que le "principal accusé", l'auteur du viol sur la fillette de 12 ans, avait pris la fuite.

L'accès à la justice étant plutôt complexe au Pakistan, les jirgas, pourtant illégales, persistent dans ce pays conservateur de 200 millions d'habitants. Les conseils de village sont régulièrement saisis pour régler les contentieux qui n'arrivent pas devant les tribunaux. 

Quatorze personnes d'un conseil de village au Pakistan ont été arrêtées pour avoir ordonné le viol d'une fille pour rendre justice à un autre viol. (illustration jirga)


Commentaires

-