Un enseignant de la Sorbonne agressé par des policiers: le parquet ouvre une enquête

Un enseignant de la Sorbonne agressé par des policiers: le parquet ouvre une enquête

Publié le :

Jeudi 29 Septembre 2016 - 13:26

Mise à jour :

Jeudi 29 Septembre 2016 - 13:27
©Martin Bureau/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Un enseignant de la Sorbonne a déposé plainte après avoir affirmé avoir été "insulté" et "agressé" la semaine dernière par des policiers. Le parquet de Bobigny a indiqué ce jeudi avoir ouvert une enquête confiée à l'inspection générale de la police nationale (IGPN).

Le parquet de Bobigny a indiqué ce jeudi 29 avoir ouvert une enquête confiée à l'inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", après la plainte déposée par un enseignant de la Sorbonne disant avoir été "insulté" et "agressé" par des policiers. L'IGPN a été saisie de la plainte déposée notamment pour violences par personnes dépositaires de l'autorité publique et menaces, a précisé le parquet à l'AFP.

L'enseignant-chercheur, Guillaume Vadot, affirme avoir été "insulté", "agressé" et avoir reçu un coup de taser de policiers la semaine dernière, alors qu'il venait de filmer "l'interpellation d'une femme noire" à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

L'universitaire explique avoir été immobilisé contre une porte par des policiers qui, selon lui, ont menacé de le "tuer" et de "le violer". Il dit avoir reçu des coups notamment à la cheville et à la cuisse, ainsi qu'une décharge de taser au niveau du bras, les policiers lui demandant "si ça piquait". Il a précisé qu'avant de le relâcher, un des policiers avait pris soin d'effacer les deux vidéos dans son téléphone. Mais l'universitaire est parvenu à les "récupérer" par la suite.

La préfecture de police (PP), qui avait annoncé mardi à l'AFP avoir saisi l'IGPN, a confirmé qu'un contrôle avait été effectué ce soir-là et que des vérifications étaient en cours.

 

L'enseignant affirme avoir été "insulté", "agressé" et avoir reçu un coup de taser de policiers la semaine dernière.

Commentaires

-