Un étudiant blessé à l'œil lors des manifestations, la "police des polices" saisie

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 29 avril 2016 - 20:10
Image
Un policier équipé d'un lanceur de balles.
Crédits
©Patrick Hertzog/AFP
Selon les organisateurs de la manifestation, le jeune homme a été blessé par un lanceurs de balles utilisé par la police.
©Patrick Hertzog/AFP
Alors que les tensions entre gouvernement, policiers et opposants à la loi Travail sont exacerbées par les violences, le procureur de Rennes a confié à la "police des polices" une enquête après qu'un jeune manifestant rennais a été grièvement blessé à l'œil.

Le procureur de la République de Rennes Nicolas Jacquet a confié à l'IGPN (Inspection générale des services, la "police des polices") une enquête pour déterminer les circonstances des blessures d'un jeune qui a été touché gravement jeudi à l’œil, en marge de la manifestation contre la loi travail à Rennes.

"J'ai ouvert une enquête, confiée à l'IGPN, pour déterminer les circonstances exactes de ses blessures", a expliqué vendredi à l'AFP M. Jacquet qui a ordonné une expertise par un médecin légiste, prévue vendredi après-midi, afin de déterminer la gravité de sa blessure de l’œil et leurs conséquences sur sa vision.

"Le médecin légiste qui a pu le voir a confirmé la perte fonctionnelle, totale et irréversible, de la vision de l’œil gauche", a indiqué M. Jacquet. Cet étudiant de 20 ans en géographie à Rennes 2 est toujours hospitalisé, a-t-il précisé. 

Jeudi, après la manifestation syndicale contre la loi Travail, les forces de l'ordre ont chargé plusieurs centaines de jeunes manifestants venus en découdre avec les policiers qui empêchaient l'accès à l'hyper centre de Rennes. Peu après cette charge, un jeune étudiant en géographie de l'université Rennes2, âgé de 20 ans, a été touché à l’œil par un projectile.

"Après une charge policière très violente près du Parlement il était en train de refluer de l'autre côté de la Vilaine et c'est à ce moment-là qu'il a été touché par un tir de lanceur de balles dans l’œil. Nous avons été appelés à ses côtés et nous avons tout de suite vu que sa blessure était très grave. Et ce matin, il est borgne", a déclaré à l'AFP Hugo Poidevin, étudiant membre du comité de mobilisation de Rennes2 et de l'équipe médicale étudiante mise en place pour les manifestations.

Selon le dernier bilan communiqué par la préfecture d'Ille-et-Vilaine vendredi, 22 personnes ont été interpellées jeudi, neuf policiers ont été blessés légèrement. La préfecture ne recense que deux blessés parmi les manifestants, l'étudiant blessé à l’œil et un homme renversé en deux-roues et blessé "légèrement" par une voiture de police alors qu'il entravait "volontairement", selon la préfecture, sa circulation.

L'équipe médicale des manifestants a pour sa part recensé près d'une cinquantaine de blessés dont six hospitalisés. La préfecture a reconnu l'usage, pendant la manifestation par les forces de l'ordre, de lanceurs de balles de défense 40 (LBD40), des lanceurs de balles plus récents et puissants que les anciens "Flashball", une autre marque déposée.

Vingt-deux personnes, dont onze mineurs, ont été interpellées à Rennes jeudi. Aucun n'avait d'antécédents judiciaires. Neuf ont été interpellées pour s'être maintenues dans la manifestation après les sommations et treize pour jets de projectiles sur les forces de l'ordre, a indiqué le parquet.

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Jacques Toubon trois quart
Jacques Toubon: "le Flash-Ball est une arme très imprécise"
Jacques Toubon était ce jeudi matin l'invité de France Inter. Il s'est notamment exprimé sur son rôle de Défenseur des Droits, la polémique au sujet du Flash-Ball et l...
23 juillet 2015 - 10:53
Politique
Image
Un Flash-Ball tenu par un policier.
Flash-ball: le ministère de l'Intérieur refuse un moratoire
Ce mercredi, le ministère de l'Intérieur s'est dit opposé à un moratoire contre l'usage des armes de force intermédiaire comme le Flash-Ball. La mesure avait été récla...
22 juillet 2015 - 14:20
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.