Un homme accusé de 261 viols, la "victime" condamnée

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Un homme accusé de 261 viols, la "victime" condamnée

Publié le 22/11/2018 à 20:23 - Mise à jour à 20:40
© LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Une jeune femme a été condamnée mercredi à Mâcon pour "dénonciation mensongère" après avoir accusé à tort un homme de 261 viols.

La jeune fille avait accusé son voisin de l'avoir violée à de nombreuses reprises pendant plusieurs années, et même d'avoir continué alors que la justice examinait l'affaire. En tout, elle a évoqué 261 agressions sexuelles. Mais c'est finalement elle qui a été condamnée mercredi 21 par le tribunal correctionnel de Mâcon, pour "dénonciation mensongère", quatre ans après le début de l'affaire.

En 2014, celle qui était encore au lycée avait en effet évoqué une première fois ces viols auprès d'une enseignante. Cette dernière avait alors pris sur elle de dénoncer les faits à la justice dans une lettre. Le soi-disant violeur était censé être un ancien voisin résidant dans l'Allier.

Voir: Grand-Quevilly - accusé sur Facebook d'être un "violeur", il est passé à tabac dans la rue

La jeune fille a eu beau maintenir ses accusations devant les enquêteurs et les juges, affirmant que les viols avaient débuté en 2010 et même qu'ils avaient continué après la fameuse lettre, ses déclarations n'ont pas tenu face à l'examen des preuves. Placé sous le statut de témoin assisté, l'homme qu'elle accusait a donc bénéficié d'un non-lieu en mars dernier.

La plaignante a donc à son tour été jugée. Elle risquait jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. Mais les juges ont opté pour une peine clémente d'un mois de prison avec sursis assortie d'une mise à l'épreuve de 18 mois avec obligation de soin, de travail et notamment 3.000 euros de dommages et intérêts à la victime en réparation du préjudice moral.

Lire aussi:

Doubs: soupçonné d'être un pédophile, il est battu et torturé dans un bois

Harcèlement sexuel et réseaux sociaux: #balancetonporc ou les dangers du "name and shame"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


La jeune fille avait dénoncé 261 viols.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-