Un membre de l'ultragauche interpellé avec des armes, une arrestation "politique" dénoncée

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Un membre de l'ultragauche interpellé avec des armes, une arrestation "politique" dénoncée

Publié le 26/03/2019 à 17:00 - Mise à jour à 17:22
©Hadj/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un individu connu dans les milieux altermondialistes et d'ultragauche pour son travail sur les armes utilisées par la police a été interpellé lundi 25 à la gare Montparnasse et placé en garde à vue. Selon LCI, Ian. B, fiché S et J, détenait plusieurs munitions de LBD et des grenades incapacitantes. Soutenu par le collectif "Désarmons la police", il affirme les avoir eu sur lui pour illustrer une conférence.

Ian B., figure de l'ultragauche d'une vingtaine d'années, a été interpellé lundi soir en gare de Paris Montparnasse alors qu'il transportait plusieurs munitions et grenades incapacitantes utilisés par la police dans les opérations de maintien de l'ordre. Une interpellation dénoncée par le collectif "Désarmons la police" comme "politique". Il assure que les munitions qu'il transportait étaient vides et destiné à un exposé sur les violences policières. L'homme était toujours détenu ce mardi.

Selon LCI, l'individu fait l'objet d'une fiche S mais aussi d'une fiche J (judiciaire) lui interdisant de se rendre à Paris. Cette dernière permet notamment aux forces de l'ordre d'interpeller les personnes recherchées ou sous contrôle judiciaire.

Toujours selon la chaîne, l'arrestation serait survenue après un "banal contrôle" au cours duquel les policiers ont trouvé "une quinzaine de grenades lacrymogènes, assourdissantes et de désencerclement, ainsi que quatre munitions de LBD (Lanceur de balles de défense)".

Voir: LBD, grenades - ces armes dont les manifestants réclament l'interdiction

Ian B a été placé en garde à vue pour transport d'armes prohibées et aurait assuré que cet armement n'était destiné qu'à illustrer une conférence sur les armes utilisées par les policiers et gendarmes. L'homme est en effet connu au sein de la mouvance altermondialiste et d'ultragauche pour son expertise en la matière.

La thèse de l'interpellation fortuite passe donc mal auprès de "Désarmons la police": "On ne peut s’empêcher de lier cet évènement au travail de fond, de recensement et d’accompagnement des blessé.e.s, qu’accomplit notre collectif depuis plusieurs semaines afin de visibiliser les violences policières inédites que subissent les Gilets Jaunes", a déclaré le collectif par communiqué. Celui-ci n'hésite pas à évoquer une "interpellation aux allures d’enlèvement, qui s’apparente aux agissements d’une police politique, dont les intimidations vont croissantes à l’encontre des acteurs de la contestation sociale".

Lire aussi:

Incendie du Fouquet's: une nouvelle vidéo contredit la thèse de la grenade lacrymogène

LBD: des ophtalmologues réclament un moratoire sur son utilisation

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Ian B affirme avoir détenu des armes de maintien de l'ordre dans l'optique d'une conférence.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-