Un militaire français blessé au Liban succombe plus d'un an après

Un militaire français blessé au Liban succombe plus d'un an après

Publié le :

Mercredi 29 Mai 2019 - 10:46

Mise à jour :

Mercredi 29 Mai 2019 - 11:22
© ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un militaire du 501e régiment de chars de combat victime d'un grave accident au Liban en février 2018 a succombé à ses blessures fin mai. Le brigadier Erwan Potier avait été déployé comme Casque bleu.

Le 501e régiment de chars de combat a annoncé mardi 28 le décès d'un de ses membres, qui a succombé à de graves blessures reçues au Liban. "Après avoir courageusement lutté pendant de nombreux mois", le chasseur de 1ère classe Erwan Potier, promu à titre posthume au grade de brigadier, a succombé le 21 mai.

Originaire de Senlis (Oise) et âgé de 23 ans, il avait été déployé au dans le cadre de la Finul, la force de l'ONU au Liban. "Le 12 février 2018, au cours d’un déplacement vers une Blue Line Patrol dans le Spanbatt (la Blue line symbolise la démarcation entre le Liban et Israël, NDLR), le chasseur de 1re classe Erwan Potier a été grièvement blessé lors d’un accident en Véhicule Blindé Léger. Il est rapatrié dans un avion médicalisé pour être admis en service de réanimation de l'hôpital militaire à Percy, puis, transféré dans un établissement spécialisé en juin 2018", relate le régiment sur sa page Facebook.

Lire aussi: Liban: 44 ans après la guerre, une lueur d'espoir pour les proches des disparus

Décoré à plusieurs reprises avant et après son accident, Erwan Potier a été salué comme un "soldat très professionnel", "un camarade attachant" et un "frère d’armes fidèle", "toujours volontaire" et allant "au-delà de sa mission". Il était célibataire.

Trois militaires ont déjà été tués "au service de la France" lors d'opérations extérieurs cette année: les deux membres du commando Hubert lors de l'opération de libération de plusieurs otages au Burkina Faso, ainsi qu'un médecin affecté au 2e RIMA, victime d'un engin explosif au Mali.

Depuis 2000, ce sont 231 soldats qui sont "morts au service de la France", un chiffre qui ne donne cependant qu'une vision partielle de la mortalité des militaires, ceux tués lors d'attentats en France ou victime de certains accidents n'étant pas intégrés à cette liste.

Voir:

Soldats tués: le nombre impressionnant de militaires français morts depuis 2000

Blessé en 2018, le brigadier du 501e régiment de chars de combat a succombé le 21 mai dernier.


Commentaires

-