Un musicien britannique meurt, sa cornemuse était colonisée par des champignons toxiques

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 24 août 2016 - 09:21
Image
Des joueurs de cornemuses en Irlande
Crédits
©William Murphy/Flickr
Les médecins recommandes de nettoyer sa cornemuse après chaque utilisation.
©William Murphy/Flickr
Il faut bien nettoyer sa cornemuse, et plus généralement son instrument à vent: c'est la conclusion de médecins qui dévoilent le cas d'un homme mort d'une pathologie pulmonaire provoquée par des champignons microscopiques tapissant sa cornemuse.

L’anecdote, malgré son caractère tragique, interpelle: des médecins britanniques publient dans la très sérieuse revue Thorax le cas d’un musicien britannique mort brusquement d’une maladie pulmonaire qui, après enquête, s’est révélée avoir été provoquée par sa cornemuse.

En avril 2014, l’homme âgé de 61 ans est admis dans un service de pneumologie pour une aggravation d’une infection apparue sept ans plus tôt. Il souffrait en effet d’une toux sèche et d’un essoufflement s’aggravant continuellement, au point de le rendre incapable de marcher plus de 20 mètres sans haleter. L’homme était pour ses médecins un mystère: atteint en 2009 d’une pneumopathie d’hypersensibilité, une pathologie grave, l’homme a pourtant un mode de vie sain, ne fumant pas, et ne travaillant pas dans un environnement exposé à la poussière ou à de moisissures, souvent déclencheurs de la maladie. De plus, il a effectué un voyage de 3 mois en Australie en 2011 durant lequels ses symptômes ont pratiquement disparu, le rendant de nouveau apte à la marche. Des bienfaits qui se sont évaporés, là encore sans raison apparente, dès son retour au Royaume-Uni.

En septembre 2014, rebelote, l’homme retourne encore à l’hôpital, sa situation respiratoire devenant critique. Après de nombreux examens qui n’ont rien donné, est venu l’idée d’analyser sa cornemuse, une passion que l’homme pratique quotidiennement quand il est chez lui au Royaume-Uni. Les médecins ont alors l’évidence sous les yeux, l’instrument s’apparente à un bouillon de culture, avec une liste terrifiante de champignons divers connus pour leur rôle dans les pathologie pulmonaire: Paecilomyces variotii, Fusarium oxysporum, Penicillum divers et Rhodotorula variées, Tricosporon mucoïdes ou Exophiala dermatitidis parsemaient la paroi interne de l’instrument. Il sera malheureusement trop tard pour sauver le patient qui décèdera le 10 octobre 2014.

Les auteurs, qui évoquent d'autres rares cas de la même pathologie pulmonaire chez un saxophoniste et chez un joueur de trombone, suggèrent que les instruments à vent sont une cause possible de pneumopathie d'hypersensibilité. Les dirigeants de la "Bagpipe Society" (association de joueurs de cornemuse) dénonce la suspicion d’une quelconque dangerosité de l’instrument, et le font savoir sur leur page Facebook. Tout en reconnaissant cependant l’importance de l’entretien de sa cornemuse. Les chercheurs suggèrent également de bien nettoyer son instrument à vent après utilisation, en le laissant ensuite sécher pour éviter la prolifération de champignons dangereux pour l’Homme.

 

À LIRE AUSSI

Image
A Paris.
Réchauffement climatique: des conséquences graves sur nos poumons
A trois jours de l'ouverture de la COP21, les pneumologues français ont alerté sur les conséquences respiratoires du réchauffement climatique.Recrudescence de l'asthme...
27 novembre 2015 - 14:55
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don