Un salarié agonise 4 jours dans une centrale nucléaire avant d'être retrouvé

Seine-Maritime

Un salarié agonise 4 jours dans une centrale nucléaire avant d'être retrouvé

Publié le :

Mercredi 20 Juin 2018 - 15:59

Mise à jour :

Jeudi 21 Juin 2018 - 07:00
Un salarié sous-traitant a été retrouvé agonisant, 4 jours après avoir fait un malaise, dans les bureaux de la centrale nucléaire de Paluel en Seine-Maritime. Ses jours ne sont plus en danger. Une enquête a été ouverte.
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme de 52 ans, salarié d'une entreprise sous-traitante, a été retrouvé agonisant lundi 18 dans les locaux de la centrale nucléaire de Paluel en Seine-Maritime. Il était là depuis près de 4 jours et ne pouvait pas bouger car il avait fait un malaise.

Ce sont ses gémissements derrière la porte d'un bureau qui ont alerté des collègues de travail. Son état de santé était préoccupant quand il a été retrouvé. Il devait être extrêmement déshydraté puisqu'il n'avait pu ni manger ni boire pendant tout ce temps. Mais la direction de son entreprise a assuré que ses jours n'étaient plus en danger.

Selon France 3 Normandie, aucune personne de la famille de ce quinquagénaire n'a signalé sa disparition puisqu'il est célibataire et était en mission dans la région pour plusieurs jours.

Lire aussi: France - Greenpeace alerte sur la sécurité des centrales nucléaires

Une enquête interne ainsi que des investigations de la gendarmerie devront permettre de comprendre comment il a pu rester enfermé si longtemps, sans que personne ne s'en inquiète.

Il s'agit peut-être d'une faille de sécurité car le système informatique de la centrale nucléaire est censé sonner l'alerte quand un employé passe plus de 13 heures entre ces murs.

Or, cet individu, selon la CGT Mines et Energie, y était depuis au moins jeudi 14 juin 15h, heure à laquelle il a badgé.

Le syndicat a jugé l'incident, qui aurait pu être dramatique pour la victime, scandaleux et l'a assimilé à de la non-assistance à personne en danger. Selon les responsables de la CGT Mines et Energie, il reflète des conditions de travail déplorables pour les salariés sous-traitants dans le domaine du nucléaire.

Un salarié d'une entreprise sous-traitante a été retrouvé 4 jours après avoir fait un malaise dans les locaux de la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritime).


Commentaires

-