Une ancienne dauphine de Miss Carnon comparaît devant le tribunal pour "apologie du terrorisme"

Une ancienne dauphine de Miss Carnon comparaît devant le tribunal pour "apologie du terrorisme"

Publié le :

Mercredi 16 Août 2017 - 16:28

Mise à jour :

Mercredi 16 Août 2017 - 16:57
© SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une ancienne dauphine de Miss Carnon comparaît ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Montpellier pour apologie du terrorisme. Elle se serait convertie à l'islam il y a un an et aurait prêté allégeance a l'Etat islamique sur sa page Facebook.

Elue deuxième dauphine de Miss Carnon en 2014, une jeune femme de 27 ans, comparaît ce mercredi 16 devant le tribunal de Montpellier pour apologie du terrorisme. Elle se serait convertie il y a un an à l'islam et aurait prêté allégeance à l'Etat islamique et appelé au djihad sur sa page Facebook rapporte France Bleu Hérault.

Avant de se faire remarquer pour s'être radicalisée, la jeune femme a traversé une mauvaise passe. Elle aurait sombré dans l'alcool et la drogue, rapporte la radio locale. Elle aurait également été verbalisée plusieurs fois pour des violences sur la voie publique et du vandalisme.

L'affaire judiciaire a démarré lorsque des gendarmes ont croisé l'ex-dauphine en burqa alors qu'elle criait "Allah Akbar" en direction de militaires. Elle aurait également publié sur Facebook, "donne ta main pour l'allégeance et immigre vers la terre sacrée" et se ferait appeler "Kenza".

Selon certains éléments recueillis lors de l'enquête, les forces de l'ordre auraient retrouvé des vidéos de décapitation sur ses trois téléphones portables. La jeune femme est en détention provisoire au quartier des femmes de la prison de Perpignan depuis plusieurs mois.

Interrogée par les enquêteurs, la jeune femme a expliqué avoir été recrutée par deux hommes à la mosquée de Lunel, dans l'Hérault. Jugée"très influençable, qui peut se glisser dans les convictions d'autrui", par l'expert psychologue, elle a également raconté qu'elle aurait pu se marier avec un Tunisien membre de l'Etat Islamique. 

Les parents de la jeune femme ne comprennent pas comment cela est arrivé. "il y a deux ans, elle est allée sur Internet et je l'ai vue changer, elle parlait religion, arabe, s'habillait en noir. Je pensais que ça lui passerait mais c'est pas passé. Un jour la police est venue, ils ont fait une perquisition, ils ont emmené notre fille et elle n'est pas revenue depuis 8 mois", a raconté sa mère à France Bleu.

La jeune femme a été arrêtée alors qu'elle criait "Allah Akbar" en direction d'un groupe de militaires.


Commentaires

-